Guéant, l'ennemi de l'immigration ?

Alors qu’on imaginait que la crise de la dette avait estompé les sujets dits « tabous » de l’élection présidentielle tels que l’insécurité etl’immigration, le ministre de l’intérieur, Claude Guéant revient à la charge à cinq mois du début des élections présidentielles. 

« La France accueille chaque année 200000 étrangers en situation régulière et c'est trop", a déclaré dimanche le ministre qui a fait de la lutte contre l’immigration, son cheval de bataille depuis son arrivée à la « place Beauveau ».

 

Ces déclarations font suite à une série de mesures annoncées par le ministre tels que la règlementation du regroupement familial, une limitation dans le recrutement des étrangers (notamment des étudiants) ainsi qu’envers le droit d'asile. Le ministre de l'intérieur a annoncé également que les fichiers des étrangers résidant en France et celui de la Sécurité sociale seraient croisés pour lutter contre les fraudes sociales imputables aux immigrés. Les similitudes de ces réformes avec celles prônées par le Front national (FN) ne laissent personne indifférent.

Le ministre a également proposé que " les étrangers déjà installés en France, doivent "mieux s'intégrer" en adoptant " notre mode de vie ". L’acquisition de la nationalité devra prochainement être selon lui, subordonnée à la maitrise de la langue française ainsi qu’à une connaissance minimum de l'histoire et de la culture du pays. La signature d’une charte des "droits et devoirs du citoyen", engageant les signataires à respecter "les valeurs de la France comme la laïcité et l'égalité hommes/femmes " sera également demandée. Ces propositions font écho au débat sur l’identité nationale et à celui sur la laïcité que le parti majoritaire avait soumis à la population. Débats qui furent considérés pour beaucoup comme une « agression politique de plus » à l’égard des Français d’origines étrangères. L’UMP cherche donc à récupérer un électorat déçu par la faiblesse de ces précédents débats, électeurs qui pourraient en raison de leur méfiance à l’égard de l’immigration se reporter sur l’extrême droite jugée plus crédible sur le sujet.

Ce « retour aux sources », cher aux partisans de l’UMP proche du collectif de la « droite populaire » est d’autant plus surprenant que l’arrivée de Claude Guéant au ministère de l’intérieur avait été orchestrée par Nicolas Sarkozy et François Fillon pour «gommer » les dérapages verbaux et politiques à l’égard de l’immigration que Eric Besson et Brice Hortefeux (précédents ministres chargés de ce domaine) avaient pu commettre. En effet, l’arrivée de Mr Guéant à ce poste avait entrainé l’absorption du ministère de l’immigration par le ministère de l’intérieur, afin de regrouper les sujets dits sensibles dans un même et seul ministère.

Pourtant le mandat de Claude Guéant fut entaché de déclarations extrêmement polémiques à l’égard de ces sujets, entrainant le fait qu’une grande partie de la classe politique actuelle le considère à présent comme idéologiquement proche du Front National. Il a par exemple engendré un tollé médiatique en mars dernier en déclarant que "les Français, à force d'immigration incontrôlée, ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux, ou bien ils ont le sentiment de voir des pratiques qui s'imposent à eux et qui ne correspondent pas aux règles de notre vie sociale." Marine Le Pen en avait même profité pour lui proposer d’être "adhérant d’honneur " du FN. M.Guéant avait d’ailleurs du s’excuser en septembre dernier pour avoir déclaré lors d’une visite à Marseille que l’immigration Comorienne était la source d’un grand nombre des violences dans la cité phocéenne. Cet homme est donc un habitué des généralités à l’égard des communautés. On peut également citer par exemple sa déclaration sur les roms : « les délinquants roumains représentent un déféré sur dix dans la capitale », alors que la loi Française pourtant interdit les statistiques ethniques.

On peut donc s’apercevoir, que l’idée d’une immigration choisie (prônée par Sarkozy) ne fait plus écho à une certaine partie de la droite, qui préfère se rapprocher progressivement d’une immigration zéro revendiquée par l’extrême droite afin de sauvegarder une " identité nationale"  fantasmée cher à la droite Française qui est de plus en plus réactionnaire et donc nationaliste malgré elle. Claude Guéant est l’incarnation type de cette nouvelle droite décomplexée, qui a fait de l’immigration un sujet phare et crucial.

Derniers articles