François-Michel Lambert : « le gouvernement instrumentalise les migrants, qu’il considère comme des sacs de patates »

Franois-Michel_Lambert_LDD_FESJ_2022_l_invite_16112021.png

INTERVIEW / PODCAST - Un camp de migrants a été évacué mardi 16 novembre à Grande-Synthe dans les Hauts-de-France. Une évacuation très critiquée, notamment par le député du groupe Libertés et territoires François-Michel Lambert. 

Dans la matinée du 16 novembre, 1500 migrants ont été expulsés de leur emplacement par les forces de l’ordre. Ce camp se trouvait près d’un centre commercial de la franchise Auchan. Evacués et réinstallés à plusieurs reprises depuis leur installation en 2015, jamais ces emplacements de fortune n’avaient accueilli autant de monde. En deux mois, le nombre de migrants vivant sur le territoire de la commune de Grande-Synthe a triplé.

Invité de Fréquence ESJ mardi 16 novembre, le député François Michel-Lambert, fervent défenseur des sans-papiers, a réagi dans « 2022 l’invité » à l’évacuation d’un camp de migrants à Grande-Synthe, près de Dunkerque. Il critique le fait que « la France est toujours dans des postures d’instrumentalisation politique » lorsqu'il s’agit des migrants. « Pour les politiques français, ils ne sont qu’une variable d’ajustement » explique le député. Selon lui, « les conditions d’accueil en France ne sont pas à la hauteur de nos propres lois ». François-Michel Lambert se dit « terrifié » par ces évacuations du camp faites par les forces de l’ordre. Il rappelle que « ce sont des hommes, des femmes, des enfants qui sont instrumentalisés », alors que la France « doit leur apporter la protection et assurer l’éducation des enfants ». François-Michel Lambert critique l'attitude du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et en est persuadé, « l’évacuation de ce matin était un coup de com’ ». Le gouvernement « doit s’inspirer de l’Allemagne dans la façon d’accueillir et d’intégrer, il faut mettre de l’argent pour aider les sans-papiers ». Fervent défenseur de ces individus, le député du groupe Libertés et territoires explique que « ces personnes méritent de participer à la vie de la nation. Leurs enfants seront demain nos infirmières, nos joueurs et joueuses de football ». Il conclut en adressant une critique acerbe à l’État français, « aujourd’hui le gouvernement instrumentalise ces personnes, qu’il considère comme des sacs de patates qu’on déplace ici ou là. C’est indigne de la France ! ».

Écoutez l’interview de Francois-Michel Lambert en podcast à partir de 15min50s


Photo : DR

Derniers articles