Banksy : la chasse au tag d'or

STREET ART - Des agents de sécurité pour protéger ses oeuvres, le maire de la ville qui dénonce des pratiques de vandale, pas de doutes Banksy a encore frappé. Comment la chasse au tag d'or a-t-elle retourné la ville de New-York ?

La mission que s'est confié Banksy est digne de celle d'un justicier du graffiti. Souhaitant dénoncer les prix exorbitants du marché de l'art, il a lancé l'action Better Out Than In (Mieux à l'extérieur qu'à l'intérieur) qui vise à promouvoir son art auprès du plus grand nombre. Autrement dit, il a fait de la ville de New York son terrain de jeu depuis le début du mois d'octobre révélant chaque jour l'emplacement d'une nouvelle oeuvre sur son site internet avec un audio guide à disposition. Les amateurs sont ravis et se jettent éperdument dans la chasse au tag d'or.

Certains de ces pans de murs taggués valent déjà quelques centaines de milliers d'euros et les propriétaires d'immeubles sont obligés de faire appel à des agents de sécurité pour éviter toute dégradation. Le maire la ville de New York souhaitant préserver la ville a rappelé que toute forme de graffiti était considérée comme un acte de vandalisme. Banksy a décidé de ne publier aucun tag le 23 octobre puisque plusieurs rumeurs affirment qu’il est activement recherché par la police New-Yorkaise.

L’artiste, ne se laissant pas abattre, a répondu avec cette insolence qui lui est propre : « Je ne lis pas ce que je crois dans les journaux.» Les publications sur son site ont repris le lendemain. Décidemment, même reconnu, l'art de la rue a du mal à se faire une place légitime au sein de la ville.

Julie Bonnemoy

Derniers articles