Dominique Duforest : « les radios sont trop formatées. Il n’y a aucune improvisation, aucune spontanéité »

Dominique_Duforest_FESJ_Storytelling_10112021.png

PORTRAIT / PODCAST - Il est probablement l’une des voix les plus connues de la télé et de la radio française. Entre la matinale de NRJ et Secret Story, Dominique Duforest a eu une vie à 100 à l’heure et tire sur tout ce qui bouge. Que ce soit la radio ou les candidats de la Star Ac et de Secret Story qu'il a pu rencontrer.

Même s’il n’y travaille plus aujourd’hui, Dominique Duforest garde un oeil attentif sur l’évolution de la radio. Un média qui n’a jamais été aussi peu écouté qu'aujourd'hui d’après une étude du « HuffPost » qui date de juillet dernier. Pour l’ancien animateur, les raisons de cette baisse sont multiples. D’abord, « le streaming », et surtout, « les radios sont trop formatées. Il n’y a aucune improvisation, aucune spontanéité ». Puis, « l’âge moyen des auditeurs par rapport à ce que les stations revendiquent est bien différent ». Une nette baisse d’audience qui ne chagrine pas plus que ça l’ancien casteur de la Star Academy, « il faut vivre avec son temps ». Dominique Duforest reste quand même optimiste pour l’avenir et donne ses conseils pour que la radio redevienne un média écouté,  « je pense qu'elle durera, mais elle doit en permanence se renouveler et trouver des formules qui nous donnent encore envie de l’écouter. Puisque là franchement, ce n'est plus très très intéressant ».

« La manifestation de 1984 a donné ses lettres de noblesse à la FM et à NRJ en particulier »

Né en 1951 à Paris, Dominique Duforest se découvre « très jeune une passion pour la radio ». Une attirance qu’il explique par le fait que « son père et sa mère faisaient de la télé et de la radio » (il est le fils de Jacqueline Duforest, productrice de télévision dans les années 70 auprès notamment du célèbre présentateur télé Guy Lux), il a donc « toujours eu un pied dedans ». L’ancien animateur va même plus loin, « petit, je n’avais qu’une envie, c’était de travailler en radio ». Après avoir été patron de discothèque, il rejoint en 1982 le nouveau média NRJ, une aventure qui l’a marquée, « on a commencé rue du Télégraphe à Paris dans des locaux minuscules, on était dans un appartement une pièce ». Très vite, NRJ s’impose comme une radio majeure en Ile-de-France, selon Dominique Duforest, grâce à « un son génial, NRJ couvrait parfaitement les vingt arrondissements parisiens ». Problème, « l’émetteur était beaucoup trop puissant », ce qui a menacé la radio de se faire suspendre des ondes.

Pour empêcher cela, en 1984, NRJ décide d’organiser une mobilisation qui rassemble 200 000 personnes, dont les artistes Dalida et Patrick Bruel, du jamais-vu à l’époque. Dominique Duforest est convaincu que « cette manifestation a donné ses lettres de noblesse à la radio FM et à NRJ en particulier ».

L’ancien animateur quitte NRJ en 1991 car il « avait envie d’aller voir ailleurs » et surtout à cause de son « obsession des grandes ondes » (NDLR : expérimentée il y a plus de cent ans, cette technique a lancé la radio dans les années 20. Ces radios étaient diffusées dans la France entière en ayant leur antenne à l'étranger. Au Luxembourg pour RTL ou à Monte-Carlo pour RMC). C’est pour ça qu’il rejoint ensuite le groupe RMC, où il interview là aussi les plus grandes stars du rock, comme chez NRJ. Alors quelle est la meilleure radio pour faire ses entretiens? Dominique Duforest est catégorique, « ça n’a rien avoir, on n'interviewe pas forcément les mêmes gens ».

Après la radio, il arrive à la télé et fait partie des membres du casting de la Star Academy en 2002. Le parisien de naissance avoue avoir « vu beaucoup de chanteurs dans leur salle de bain » en visionnant les cassettes que lui envoyaient les participants. Le principal problème qu’il a rencontré en étant « casteur » de l'émission, c’est que « la société de production voulait avoir des personnages, alors que les casteurs cherchaient de vrais chanteurs ». Arrêtée en 2013, la Star Academy ne manque pas trop au principal intéressé, « l’émission elle-même, je m’en tamponne. C’est l’ambiance qui me manque. Une émission, c’est passionnant à vivre de l’intérieur ».

Sur un possible retour de Secret Story : « sans hésitation, je serai de nouveau la Voix parce que c’est une aventure incroyable »

Dominique Duforest devient « la Voix » de Secret Story un peu par hasard en 2007. Mais alors, comment a-t’il fait pour faire de sa voix un personnage à part entière de l’émission ? « Il y a un ton à trouver » répond-il. Le secret, c’est surtout que « pour être la voix de Secret Story, il ne faut pas porter sa voix ». Dominique Duforest se souvient d’un rythme éreintant pendant les 11 saisons de l’émission, il était « là-bas 6 jours sur 7, 10h par jour, pendant 3 mois ». La Voix de Secret Story ne garde cependant que des bons souvenirs de ses aventures, et il a évidemment plusieurs anecdotes à raconter. Son « histoire préférée, c’est celle du pied ». Il explose de rire en se remémorant cette scène : « une candidate devait attraper le micro par le pied (la base). Je lui ai donc dit ‘attrape le pied’. Elle était en tongs. Elle a donc saisi le micro avec son pied à elle ». 

Secret Story s’est terminé en 2017 après onze saisons. Depuis, des rumeurs reviennent souvent sur une possible douzième aventure. Si retour il y a, Dominique Duforest revient les yeux fermés. « Sans hésitation, je serai de nouveau la Voix parce que c’est une aventure incroyable ». 

Écoutez l'émission en podcast 


Photo : Raphaël Bardenat / FESJ

 

Derniers articles