« Emmanuel Macron, vérités et légendes », 4 années dans la vie du président de la République

Macron_livre_Tho.jpg

LITTÉRATURE/POLITIQUE - Qui est véritablement Emmanuel Macron ? Dans son premier ouvrage, Arthur Berdah, journaliste au Figaro revient avec brio sur l’ascension fulgurante d’un « président caméléon ». À un an de l'élection présidentielle, il dresse le bilan du mandat d'Emmanuel Macron, et à travers les quatre années de crise en tous genres, le portrait du premier des Français.

 

A-t-il toujours rêvé d’être président ? Est-il un écologiste ? Est-il arrogant ? Toutes ces questions, comme les 22 autres têtes de chapitres du livre, le journaliste Arthur Berdah y répond dans « Emmanuel Macron, vérités et légendes ». Chef de service au Figaro, il suit l’actuel chef de l’État depuis sa « pré-campagne » lancée en 2016 avec la création « d’En Marche ! ». Mouvement créé alors même qu’il occupait le poste de ministre de l’Économie et des Finances depuis à peine deux ans. En 2014, Emmanuel Macron vient de quitter le secrétariat général adjoint de l’Élysée, le Premier ministre de l’époque, Manuel Valls, le veut dans son gouvernement et finit par convaincre François Hollande d’investir à Bercy « quelqu’un qui n’a jamais été élu nulle part ». Le couple exécutif devra par la suite subir la liberté de ton du benjamin du gouvernement, agacé par la « classe politique qu’il juge enfermée dans ses dogmes ». La rupture définitive interviendra lors de l’abandon de « la loi Macron 2 », Brigitte Macron, décrite comme omniprésente dans la vie du chef de l'État,  raconte la scène dans l’ouvrage : « il (Emmanuel Macron) est rentré, il s’est mis à jouer du piano, et il m’a dit qu’il allait être candidat ».

Emmanuel Macron : « Le système est trop normé, il conduit à la caricature »

Le 7 mai 2017, Emmanuel Macron est élu président de la République à l’âge de 39 ans. Le résultat d’une irrésistible ascension, aujourd’hui effacée par les différentes crises mais qui retrouve toute sa singularité dans l’ouvrage. Au fur et à mesure de son mandat, l’image du président rassembleur a laissé place à celle d’un homme « arrogant » campant sur ses positions. Quelques mois après son élection, il explique à propos des Français : « La France n’est pas un pays réformable, les Françaises et les Français détestent les réformes ». Du pain béni pour l’opposition qui accusera le président de ne pas aimer ses concytoyens. Le constat a beau être parfois proche de la réalité, ces « petites phrases » qui étaient acceptées dans la bouche d’un ministre ne le sont plus dans celle d’un président de la République. Emmanuel Macron, qui s’est entretenu à plusieurs reprises avec Arthur Berdah, explique faire dorénavant très attention lors de ses interventions en public : « Je ne veux trop parler dans les foules, le système est trop normé, il conduit à la caricature. L’incident n’est jamais loin ».

Emmanuel Macron : « Si je devais me lancer en politique, ce serait pour prendre la mairie de Marseille »

Dans le documentaire « Les coulisses d’une victoire », réalisé par Yann L’Hénoret, la scène montrant Emmanuel Macron regretter une lourde défaite de l’Olympique de Marseille fait sourire. Le président de la République, qui avait quinze ans au moment de la victoire de l’OM en Ligue des champions, n’a jamais caché son affection pour le club et la ville : « Je suis amoureux de Marseille. Parce que tout y est à la fois complexe et possible ». De l’admiration pour un club populaire, une façon d’affaiblir cette image de « président des riches » diront certains, les autres garderont en souvenir cette phrase prononcée lorsqu’il était en poste à Bercy : « Si je devais me lancer en politique, ce serait pour prendre la mairie de Marseille ». 

Emmanuel Macron sur son avenir : « Je n’ai pas la disponibilité personnelle pour me projeter »

« Peut-être que je ne pourrai pas être candidat » avait déclaré Emmanuel Macron dans une interview au média Brut. Dans le dernier chapitre de son ouvrage, Arthur Berdah revient sur cette question, si importante à un an d’une élection présidentielle. Cette fois moins présente dans le débat public en raison de la crise sanitaire, elle interroge tout de même mais n’inquiète pas le président du groupe LREM à l’Assemblée nationale, Christophe Castaner : « Il pourra être capitaine d’industrie comme il pourra reprendre une petite boite parce qu’il sentira que c’est une pépite ». Une place au sein de l’UE est aussi envisageable.  Celui qui n’a jamais cessé de pointer les défaillances des 27 dans la gestion de la pandémie a aussi toujours expliqué que la sortie de crise et la relance passeraient par l’Europe. Une chose est certaine : un président est obsédé par l’image qu’il laisse dans la l’histoire. Emmanuel Macron ne déroge pas à la règle, même s’il admet que pour le moment, la situation incertaine dans le pays liée au contexte sanitaire, économique et sociale, ne lui laisse que peu de temps pour penser à l’après : « C’est trop tôt pour le dire. Je n’ai pas la disponibilité personnelle pour me projeter ». 

 

« Emmanuel Macron, vérités et légendes »

Arthur Berdah 

Perrin

224 pages

 

Photo : Arthur Berdah / Éditions Perrin

 

Derniers articles