Andy Murray, ou l'art de se préserver

andy murrayTENNIS - Andy Murray s’est fait sortir en huitième de finale du tournoi de Paris Bercy par Jerzy Janowicz ce mercredi 5-7 ; 7-6 ; 6-2. Depuis deux ans, aucun joueur hors-Big Four* n’a réussi à remporter un Masters 1000. Cette incroyable série prendra fin dimanche.

Et Murray lâcha prise

Il lui a manqué un tout petit point. Ce mercredi, Andy Murray est passé tout près d’une qualification pour les quarts de finale à Bercy. En face de lui, Jerzy Janowicz, modeste 69e mondial, a eu le mérite de ne rien lâcher et de ne pas perdre espoir. Même en fin de second set lorsque le Britannique a servi pour le gain de la rencontre. Il n’a pas non plus flanché quand est venu le moment d’écarter une balle de match en faveur du récent champion olympique.

Tout comme l’Américain Sam Querrey hier, Jerzy Janowicz a réussi l’exploit de renverser la vapeur. Tout portait à croire pourtant qu’Andy Murray allait aisément valider son ticket pour le prochain tour. Que nenni ! Le numéro 3 mondial s’est fait surprendre de la même façon que Novak Djokovic. Alors qu’il gérait tranquillement son match, il s’est effondré au moment de conclure. Le Polonais n’en demandait pas tant. Il a sauté sur l’occasion pour s’emparer de la seconde manche et démarrer la suivante pied au plancher. Murray n’y a ensuite vu que du feu. A l’arrivée, Janowicz s’impose en trois sets 5-7 ; 7-6 ; 6-4. Presque trop facile…

La tête à Londres

Alors, grosses surprises ou matches balancés ? Personne ne le sait et personne ne le saura jamais. Mais la double élimination de Djokovic mardi et de Murray mercredi laisse perplexe. Depuis deux ans, tous les Masters 1000 ont été remportés par un des membres du Big Four. Cette folle série s’achèvera dimanche prochain. C’est encore une fois Paris-Bercy qui en fait les frais. Le tournoi précède celui de Londres et souffre de l’absentéisme chronique des têtes d’affiche qui préfèrent en garder sous la pédale. Après les forfaits de Nadal (blessure aux genoux, NDLR) et Federer, l’organisation du tournoi subit un nouveau coup dur avec ces défaites prématurées. Mais à moins d’une semaine du dernier rendez-vous de l’année qui réunira dans la capitale anglaise les huit meilleurs joueurs de l’année 2012, difficile de ne pas croire à des abandons maquillés.

Pourtant si proches de la victoire, Djokovic et Murray ont perdu leur tennis sur le court. Ces deux-là auraient mieux fait de laisser leur place à d’autres joueurs. Plutôt que d’offrir un non-match aux spectateurs, ils se seraient offert un break avant Londres. Federer l’a bien fait, alors pourquoi pas eux ?

*Federer, Djokovic, Murray et Nadal