• Slide FESJ 2015

Maxime Gau : « Mon contrat ne sera pas renouvelé à la fin de la saison »

maxime_gau_-_lhebdo_sports_-_photo_lucas_pierre.jpeg

INTERVIEW/VIDEO - Invité de l’Hebdo Sports hier, le talonneur du Stade Français Paris Maxime Gau est revenu sur la situation délicate du club de la capitale et sa saison compliquée.

 

Dans l’Hebdo Sports, Maxime Gau l’a annoncé en exclusivité : « [son] contrat n’a pas été renouvelé par le Stade Français. » « Ils me l’ont annoncé, je suis à la recherche d’un point de chute pour la saison prochaine. » confirme-t-il. Toujours attaché à Albi, où il a découvert le monde professionnel en 2012, il ne se ferme aucune porte. « Pour l’instant le marché est assez fermé, j’attends la fin de la saison parce que les championnats sont encore assez serrés, c’est loin d’être terminé. On verra à la fin de la saison. »

Avec son gabarit imposant, impossible de passer à côté de lui. Maxime Gau, 1m80 pour 118 kilos, s’est assis, en toute simplicité, au micro de Fréquence ESJ. Polo de son club sur les épaules, c’est pourtant bien un enfant du Racing 92. Formé dans les Hauts-de-Seine, il a connu les chauds derbys contre le club de la capitale, en équipes de jeunes. Désormais dans le camp d’en face, il se dit « plus Racingman, en tant qu’enfant du Racing », même s’il concède qu’il est aujourd’hui « du bon côté du périphérique ». Attaché aux deux clubs franciliens, il l’est. C’est d’ailleurs pour cela qu’il se voulait « absolument opposé à la fusion ». « Ces deux clubs sont trop différents. C’est impossible de fusionner ces deux clubs, avec des histoires aussi fortes, aussi différentes. Ce sont deux clubs mythiques du rugby français » explique-t-il.

Titulaire pour le premier Stade Français - Racing de la saison, en décembre dernier, il raconte : « Ça c’était bien passé pour moi. Nous avions gagné à Jean Bouin. C’était un vrai derby. » Pourtant titulaire jusqu’ici à 6 reprises en championnat, ce sera son dernier match sous le maillot Rose et Bleu. Depuis, Maxime Gau travaille, dans l’ombre. Loin des projecteurs du Top 14, il doit se contenter du travail collectif la semaine, avant de regarder ses coéquipiers à Jean Bouin ou devant sa télévision. « C’est frustrant car je ne me l’explique pas vraiment. J’essaye de me remettre en cause tout le temps, je mets un peu d’eau dans mon vin. Ce sont des choix sportifs qui sont faits.Avant de remettre un groupe ou un staff en cause, on se remet soi-même en cause. » Compétiteur né et véritable amoureux de son sport, Maxime Gau n’en n’est pas résigné pour autant. « Je prends mon mal en patience, je continue de m’entraîner, de rester en forme pour essayer de jouer quelques minutes, s’il y a des opportunités sur les deux derniers matchs [Brive et La Rochelle]. »

Un an après avoir quitté La Rochelle, le Parisien gardera « pas mal de bons souvenirs du Stade Français. » « J’ai découvert pas mal de bons gars, de bonnes personnes, avec qui j’ai passé de bons moments. C’est un club atypique, c’est un club qui marque. » glisse-t-il. A quelques jours du match de la peur face à Brive, Maxime Gau se tient en tout cas prêt. Comme il l’a toujours été.

Regardez l'émission en vidéo

 

Photo : Lucas Pierre / Fréquence ESJ

Derniers articles

Dernières vidéos