• Slide FESJ 2015
  • L'hebdo sports

Suède – Suisse : chercher le favori

SUESUI.png

AVANT-MATCH - Match aussi inédit qu’inattendu cet après-midi (16h). La Suède et la Suisse se livrent un duel avec à la clef une place en quarts de finale. Le résultat de cette rencontre sera, quoiqu'il arrive, historique pour la nation triomphante.

 

Le premier du groupe F contre le deuxième du groupe E. Si ce dernier, la Suisse, n'est pas une réelle surprise, l'identité du premier cité à de quoi surprendre. Tout le monde attendait l'Allemagne à cette place. Il faudra faire avec la Suède, qui a déjà éliminé les Pays-Bas en éliminatoires et l'Italie en barrage. Cette Suède, qui a gagné sans convaincre lors de son premier match face à la Corée du Sud (1-0), perdu avec panache contre l'Allemagne (2-1), et collé une raclée au Mexique, à la surprise générale (3-0). Oui, il faut bien compter avec la Suède. Dans cette Coupe du monde complètement folle, les coéquipiers de Toivonen ont leur place. Car éliminer les Pays-Bas, l'Italie et l'Allemagne, tout en ayant battu la France il y a un an, personne ne peut le revendiquer. La Suède, orpheline heureuse de Zlatan Ibrahimovic, qui préfère visiblement faire des tweets provocateurs et des pubs de carte bleue, a parfaitement compris comment se joue une Coupe du monde : en équipe. Sans individualité particulièrement efficace, elle fait son petit bonhomme de chemin, et assume avec joie son statut d'épouvantail.

Mais en face, la Suisse n'a pas à rougir de son parcours. Deuxième de sa poule derrière un séduisant Brésil, contre lequel elle a fait match nul (1-1), elle continue de confirmer son bel état de forme. Non, les copains de Shaqiri ne sont pas 6ème du classement FIFA (une place devant les Bleus) par hasard. Même si une qualification en quarts de finale serait une première depuis 1954. Mais la Suisse peut compter sur de fortes individualités, couplées à un jeu en équipe convaincant. Pas dit que le favori des poules soit celui du match.

Le match dans le match : Shaqiri – Durmaz

Un duel plus symbolique que footballistique. Le premier devrait sans trop s'avancer être titulaire cet après-midi. Le second devrait lui plutôt faire un départ dit « en Ben Arfa », sur le banc de touche. Plus que sur le terrain, le duel est avant tout signalé pour ce qu'il veut dire. Shaqiri s'était fait remarquer lors de son but victorieux contre la Serbie (2-1). Durant sa célébration, il avait mimé le signe de l'aigle albanais, un signe provocateur en Serbie. Le joueur est issu d'une famille Kosovarde, une ancienne province serbe majoritairement albanaise, dont l'indépendance n'est pas reconnue par l'ensemble de la communauté internationale.

En face, Jimmy Durmaz a été vivement critiqué après la défaite contre l'Allemagne, pour avoir provoqué le coup franc qui a vu Toni Kroos donner l'avantage à la Mannschaft. Le joueur avait notamment reçu de nombreuses remarques racistes, obligeant la ministre des affaires sociales et du sport, Annika Strandhäll, à se présenter à l'Assemblée avec un maillot de la Suède floqué à son nom. Ou quand la politique se mélange au football.

 

Le prono de la rédaction : Suède 2 – 1 Suisse.

Photo : AFP.

 

Derniers articles

Dernières vidéos