• Slide FESJ 2015
  • L'hebdo sports

Belgique – Japon : Diables rouges et samouraïs bleus

JAPBEL.png

AVANT-MATCH - Le Japon et la Belgique jouent une place en quarts de finale ce soir (20h). Pour les belges, une victoire est obligatoire tant ils ont survolé leur phase de poule... mais paraît aussi évidente.

 

La meilleure attaque de la Coupe du monde attend avec impatience son nouveau défi. Celui qui saura mettre la pression sur cette équipe Belge, invaincue lors des éliminatoires. Qui, aujourd'hui, pourra faire douter les Diables Rouges ? Qui pourra les empêcher de soulever la première Coupe du monde de leur histoire, eux qui n'ont jamais dépassé les demi-finales ? Le Japon, à défaut d'être sûr de lui, sera ce nouveau défi. Lui, le vilain petit canard de ces huitièmes de finale. Lui, qualifié devant le Sénégal grâce à un plus petit nombre de cartons jaunes. Mais croire que les japonais ne méritent pas leur place, c'est bien mal connaître les samouraïs bleus. Déjà, ils connaissent les huitièmes de finale pour la troisième fois en cinq éditions. Et s'ils sont parvenus à sortir d'une des poules les plus difficiles, ce n'est pas grâce à leurs beaux yeux. Le Japon compense les trous qu'elle laisse sur le terrain par une équipe solidaire. Personne n'est au dessus du collectif. Les quelques noms qui ressortent (Kawashima, Kagawa, Honda) se fondent dans le onze de Nishino.

Mais en face, la Belgique est une arme bien supérieure au Sénégal ou à la Pologne. Les neuf buts inscrits contre la Tunisie, le Panama et l'Angleterre sont là pour en témoigner. Citer les éléments de cette équipe prendrai une soirée entière. Et pour une fois, cette équipe semble réussir à jouer ensemble, contrairement à l'Euro 2016. Les voyants sont au vert pour la Belgique, efficaces devant avec un Lukaku en pleine forme, et une défense solide, menée par Thibaut Courtois.

Le match dans le match : Hazard – Haraguchi

Eden Hazard porte son équipe. Lui qui avait d'habitude tant de mal à s'imposer avec sa sélection, est aujourd'hui l'un des leaders de sa sélection. Le talentueux ex-joueur de Lille peut-il enfin atteindre le toit du monde ? Tout porte à le croire, même si cette folle édition de la Coupe du monde n'aime pas les stars. L'ailier de Chelsea échappe pour l'instant à cette malédiction. Jusqu'à enfin porter pour de bon ses coéquipiers ?

En face, Genki Haraguchi est le symbole de cette équipe japonaise. Positionné à droite du milieu de terrain, il se bat comme un guerrier. Toujours derrière quand son équipe devant, et devant quand elle attaque, Haraguchi mérite de s'exposer une fois de plus lors d'un huitième de finale de Coupe du monde. Et porter son équipe, pour atteindre un quart de finale historique pour son pays. Vu comment cette compétition est folle, ce ne serait pas une surprise.

 

Le prono de la rédaction : Belgique 3 – 1 Japon.

Crédit Photo : AFP.

 

Derniers articles

Dernières vidéos