Transferts NBA: Qui, comment, où ?

Harry-How-Getty-ImagesUn transfert NBA, comment ça marche ? Alors que la NBA reprend ses droits le 25 décembre, la période précédant l'entame de la saison correspond au marché des transferts. Entre rumeurs, signatures et échanges, les staffs de franchises NBA s'agitent pour trouver la, ou les pièces manquantes avant le début de la saison. Explications des nouvelles mesures concernant les transferts, et résumé de ces derniers jours d'excitations. 

Le lock-out officiellement terminé, plusieurs joueurs ont déjà rejoint d'autres cieux. Chauncey Billups, 35 ans et joueur phare de la NBA ces dix dernières années, a été le premier à pâtir des nouvelles mesures corollaires au lock-out. Les Knicks ont exercé sur lui, l'amnesty clause. Cette nouvelle règle permet tout simplement de couper le joueur de l'effectif. Le cas échéant, le joueur est soumis à un système d'enchères pour connaître sa nouvelle destination Et ce sont les Los Angeles Clippers qui ont hérité du gros lot. Une autre mesure importante de la nouvelle convention collective signée par les joueurs et propriétaires est à souligner, et elle concerne justement les échanges de joueurs. Le montant des salaires perçus dans le trade ne doit pas excéder 150% du montant envoyé. Contre 125% la saison dernière. Pourquoi ? Tout simplement pour des raisons d'équité, la ligue n'autorise pas les transferts à tout va. Le système des transferts NBA est régi par des règles très complexes qui permettent aux petits marchés (Minnesota, Toronto, Portland, Sacramento) de faire face aux franchises richissimes (New York, Miami, Los Angeles Lakers).

Et justement dans cette période très agitée pour les propriétaires de franchises et autre manager general, de nombreux mouvements de joueurs sont à noter depuis l'ouverture du marché des transferts le 9 décembre. Le gros buzz du moment, c'est l'arrivée de Lamar Odom, élu sixième homme de la saison dernière, et Vince Carter  aux Mavericks de Dallas, champion en titre. Les Mavs marquent un grand coup puisqu'ils héritent du Laker Odom, sans aucune contrepartie à donner. En réalité, ce n'était pas aux Mavs qu'il devait être envoyé, mais aux Hornets de la Nouvelle-Orléans. Le dossier chaud du moment c'est celui-ci. Chris Paul. Le fantastique meneur est sur toutes les tables de discussions en ce moment, et un échange comprenant donc Lamar Odom notamment et Chris Paul devait être opéré avant que le NBA ne pose son veto. A-t-elle le droit de faire cela? Nul ne sait, cependant, la NBA, propriétaire des Hornets depuis quelques mois, ne laissera pas le transfert de la star se faire sans le moindre mal pour des "raisons baskets" évoquées par David Stern, le commissionaire de la ligue.

Dans la liste des prétendants au titre, les Knicks réalisent un joli coup de filet en s'adjugeant les services du néo-champion NBA et désormais ex-Maverick, Tyson Chandler. Signature qui voit ainsi Ronny Turiaf prendre la porte direction Washington Wizards. 

Deux autres transferts marquants sont à relever. Celui de David West, joueur All-Star sous les couleurs des Hornets, débarque dans la faible équipe des Pacers d'Indiana. Enfin Caron Butler quitte Dallas, qui en profite pour libérer de la masse salariale, pour atterrir chez l'autre club de L.A, : les Clippers. Jusqu'à la date de fin des transferts, fixée cette saison au 15 mars, le mercato risque d'être plus que jamais intense en cette saison écourté à 66 matchs.