• Slide FESJ 2015
  • 20h, l'invité
  • L'hebdo sports

Louis-Pierre Frileux: « Au cyclisme, même avec du dopage, l'effort reste surhumain »

frileux.jpg

L’HEBDO SPORTS - Lundi 20 novembre, Fréquence ESJ recevait Pierre-Louis Frileux, journaliste à Eurosport. Passionné de vélo, il est revenu sur son admiration pour le Tour de France et les cyclistes qu'il côtoie tous les jours. 

Jeune, celui qui tient le guidon aujourd'hui sur Eurosport roulait pourtant ballon rond. "Le matin, c'était le cahier des sports pour regarder les résultats du week-end. Les clubs régionaux, les petits championnats départementaux…" Mais en 2013, il monte en selle. Stagiaire à Eurosport, il découvre les routes du Tour de France. Puis la "chance exceptionnelle": Guillaume Di Grazia, l'autre monsieur RP, lui propose la présentation du tour d'Espagne. "Impossible de refuser", à seulement 22 ans ! RP pour Les Rois de la Pédale, l'émission aux bidons jaunes qu'il présentait justement à la dernière Vuelta. 

Louis-Pierre Frileux regarde le peloton avec le regard du gamin sur les bords de la grande boucle. "On a tous vu un jour le Tour de France passer quelque part, on a tous un souvenir du Tour. Même quand on baigne dedans, on garde cet oeil d’enfant." 

Et après quatre ans de petite reine, il admire toujours autant ces forçats de la route. "J'ai beau être au milieu de tous ces coureurs, les croiser tous les matins, les avoir tous les soirs en plateau : quand un garçon vient de finir une étape de montagne et tombe par terre, lessivé et ne sent plus ses jambes, on ne peut qu’être admiratif. « Un dépassement de soi que je n'ai jamais vu dans d'autres sports.»

« Les cyclistes sont parfois contrôlés à 6 heures du matin chez eux »

Le vélo a son chat noir, une image que beaucoup adorent lui coller à la peau: un sport de dopés. Louis-Pierre Frileux "l'entend tous les jours."
Mais il tient à défendre ce sport où "même avec du dopage, l'effort reste surhumain. » Et il rappelle que les cyclistes sont parmi les sportifs les plus suivis. 

"Ils sont contrôlés parfois à 6 heures du matin chez eux. À toutes les heures ils doivent déclarer où ils sont, avec qui ils sont, une adresse où l’on peut venir les contrôler... C'est le sport qui contrôle tout." 

"Le Tour de France, c'est difficile de ne pas y aller..."

Un mois après la révélation de la carte du Tour 2018, l'heure est déjà à l'analyse. Et avec des routes exposées au vent et les pavés du Nord dès la première semaine, il faudra affûter ses boyaux. "Beaucoup sont surpris par ce choix-là" note Louis-Pierre Frileux. Présent au palais des congrès de Paris lors de l’annonce du nouveau parcours, il a observé "beaucoup de coureurs choqués." Mais "le Tour de France, c'est difficile de ne pas y aller..." 

Une édition 2018 qu'il voit encore à la main de Christopher Froome. "Vu ce qu'on a vu cette saison, je ne vois pas qui va pouvoir le battre dans les deux ou trois prochaines années. » Mais attention : "Romain Bardet continue de monter en puissance". Louis-Pierre Frileux voit aussi Mikel Landa, ancien coéquipier de Froome chez Sky, jouer les premiers rôles. Côté Eurosport, Louis-Pierre Frileux devrait continuer à jouer le maillot jaune... 

 

Photo Lucas Pierre/ Fréquence ESJ

 

Derniers articles

Dernières vidéos