• Slide FESJ 2015
  • L'hebdo sports

Jean-Luc Romero : « J’ai l’impression que nous ne sommes plus un citoyen français au moment où l’on franchit la porte d’un hôpital »

20h_linvité_-_jean-luc_romero_-_photo_lucas_pierre.jpeg

INTERVIEW/VIDEO - Invité politique de « 20h, l’invité », Jean-Luc Romero est revenu avec nous sur son parcours, son engagement politique et ses convictions personnelles. L’actuel maire-adjoint du 12ième arrondissement de Paris est l’auteur de Lettre ouverte à Brigitte Macron pour alerter sur la situation des personnes en fin de vie en France. Comme le sida, Jean-Luc Romero a fait de l’euthanasie son combat.

 

« La France est un pays où l’on meurt mal ». Tout comme le combat contre le sida – Jean-Luc Romero est à ce jour le seul homme politique à avoir annoncé sa séropositivité –, il a fait de l’euthanasie son grand engagement. Pour se faire entendre, Jean-Luc Romero a écrit Lettre ouverte à Brigitte Macron, destiné donc à la Première dame de France. Selon lui, l’Etat ne fait rien et n’investit pas assez dans ces questions. « J’ai l’impression que nous ne sommes plus un citoyen français au moment où l’on franchit la porte d’un hôpital » confesse Jean-Luc Roméro. Il joue ensuite la carte de la comparaison pour démontrer le manque de moyens en France : « Aux Pays-Bas ou en Belgique, des pays qui ont au passage légalisé l’euthanasie, l’accès aux soins palliatifs est universel ». Selon l’actuel maire-adjoint du 12ème arrondissement de Paris, trop peu de lois ont été mises en place sur ces questions. « En treize ans, il y a eu seulement trois lois « Léonetti ». Toujours la même personne en plus. C’est insuffisant. Il faut remettre cette question de la fin de vie dans l’agenda politique ».

« Il faut permettre à chacun de choisir »

En opposition, les médecins mettent en avant leur serment d’Hippocrate qui stipule qu’un médecin ne doit pas tuer. Mais Jean-Luc Romero conteste : « Le serment d’Hippocrate, ça ne peut pas être sans arrêt le prétexte d’un truc qui a été écrit y a 2.500 ans. Depuis, on a évolué. Puis ce n’est pas le serment d’Hippocrate qui fait les lois en France, ce sont les parlementaires ». Enfin, Jean-Luc Romero le martèle, « il faut permettre à chacun de choisir ».

Regardez l'émission en vidéo

 

Photo : Lucas Pierre / Fréquence ESJ

Derniers articles

RSS

Sur le même sujet

Dernières vidéos