• Slide FESJ 2015
  • L'hebdo sports

Thomas Barbazan : « Aujourd’hui, l’opinion fait l’information »

thomas_barbazan_-_storytelling.png

INTERVIEW/VIDEO -  Thomas Barbazan était notre invité mercredi soir dans Storytelling. Ensemble, nous sommes revenus sur l’ensemble de sa carrière. L’ancien étudiant à l’ESJ Paris se dit notamment « inquiet de l’avenir du journalisme ». L’animateur de Radio Nova en a aussi profité pour, une fois de plus, s’exprimer sur la polémique autour de sa parodie d’« Emmenez-moi ».

 

Depuis l’obtention de son diplôme de l’ESJ Paris en 2004, Thomas Barbazan en a fait des choses. Et pas des moindres. Il a été, à ses débuts, journaliste dans le sud de la France à la Provence. Mais une préoccupation inquiète aujourd’hui l’animateur : l’avenir du journalisme. « La suite du métier va être dure car aujourd’hui, l’opinion fait l’information » pense-t-il. Thomas Barbazan officie maintenant tous les matins sur Radio Nova dans l’émission « Les 30' Glorieuses ». Derrière divers personnages, il interprète, avec Yassine Belattar, des parodies sur l’actualité. Ils essayent ainsi de dédramatiser l’actualité avec humour.

Mais parfois, il peut y avoir des complications. L’humour peut aussi être source de polémique. C'est le cas en septembre dernier avec la chronique musicale « Belle formule ». Thomas Barbazan est revenu sur cette polémique. En voici les faits : l’animateur parodie la chanson « Emmenez-moi » de Charles Aznavour, en imitant la voix de Jean-Marie Le Pen et se fait étiqueter de « raciste » de la part de quelques médias. « Le problème était le contexte. Celui-ci n’était pas assez explicite » explique Thomas Barbazan. Ce sketch a fait plus de deux millions de vues et forcément beaucoup de commentaires. « On se sert des clichés pour les combattre mais il faut du second degré » se défend Thomas Barbazan. De plus, « beaucoup de personnes ont entendu la chanson sans savoir que c’était une parodie » rajoute-il. De nombreuses personnes appelaient la radio pour avoir des explications mais « je tenais à leurs parler moi-même », tient à faire savoir l’animateur.

« Aujourd’hui, le problème réside dans internet et les réseaux sociaux » continue Thomas Barbazan. Lors de la polémique, de nombreuses personnes de tendance extrême droite ont utilisé son sketch au premier degré. Pour lui, « Les réseaux sociaux sont un endroit terrible et dangereux ».

Regardez l'émission en vidéo

Derniers articles

RSS

Sur le même sujet

Dernières vidéos