À Aubervilliers, Philippe Poutou se pose en candidat de l’avenir soutenu par la jeunesse anticapitaliste

Poutou_Photo_FESJ.jpg

PRESIDENTIELLE/MEETING - À quatre jours du premier tour, l’anticapitaliste Philippe Poutou a tenu un dernier grand meeting dans la salle des Docks Pullman à Aubervilliers. Il s’est exprimé devant un millier de sympathisants, dont beaucoup de jeunes.

La salle qui peut contenir jusqu’à 2000 personnes n’a pas fait le plein. Près d’un millier de sympathisants, sont venus écouter le leader du NPA hier soir dans la salle des Docks Pullman à Aubervilliers. Loin des bousculades, la salle ne commence à se remplir qu’à un quart-d’heure avant le début du meeting. Des clips illustrant les principaux thèmes de la soirée sont projetés sur un écran géant. La fameuse punchline lors du débat du 4 avril, lorsque Philippe Poutou a souligné l’absence d’indemnité ouvrière contrairement à Mme Le Pen et M. Fillon, est suivi de quelques rires et applaudissements dans la salle. Distribution de drapeaux, quelques slogans chantés, mais une ambiance relativement calme. La moitié des spectateurs ont moins de trente ans, voire moins. Beaucoup de jeunes appartenant au NPA Jeunes sont là, mais aussi ceux séduits par la personnalité et le programme du candidat: “Oui, c’est un candidat qui m’intéresse. Le fait que ce ne soit pas quelqu’un qui sorte de Science Po, sa position sur le droit des femmes m’intéresse beaucoup aussi”, affirme Léa, étudiante en graphisme. “Je voterai pour lui, certainement”.

“Qui va parler ce soir? Ce n’est jamais que moi”

Faire exister ou entendre une autre voix. C’est le principal objectif de Philippe Poutou pour ce meeting. Donner la parole à des collectifs, à ceux qui veulent mettre en avant une bataille, une résistance. Au programme: sept interventions de représentants de collectifs suivies par le discours du candidat. Des militants antiracistes, féministes, ainsi que deux membres du mouvement de décolonisation et d’émancipation sociale guyanais se sont exprimés. Un salarié de Vélib’ est également monté sur scène pour faire part du nouveau projet de la Mairie de Paris qui attribue Vélib’ à la société “Smoove”, au détriment des salariés qui ne jouissent pas d’une clause de protection. Dans son discours, Philippe Poutou égratigne le monde politique: “Il y a deux mondes irréconciliables: le monde des politiciens et des corrompus, et nous, le monde des salariés, de ceux qui veulent changer les choses”.

Principales cibles: François Fillon et Jean-Luc Mélenchon

L’anticapitaliste s’en est ensuite pris à Jean-Luc Mélenchon en assurant que ce dernier ne représentait pas ce qu’il appelle “la gauche de combat anticapitaliste”. La dynamique du leader de la France insoumise n’effraie pas Philippe Poutou: “Il faut abandonner l’idée que seuls les musclés peuvent faire changer les choses. Nous, on n’y croit pas”. Le candidat du NPA qui avait déjà attaqué François Fillon lors du dernier débat télévisé le 4 avril, persiste: “Ce soir, je le dis et je le redis, Fillon volé dans les caisses de l’Etat. Fillon est un menteur”. Philippe Poutou en a aussi profité pour commenter la réticence de certains candidats à se rendre au débat prévu ce soir sur France 2. “Ils font les chochottes. Non, moi là j’ai tennis… Cela montre leur incapacité de se confronter, ou alors une habitude à discuter entre eux. Dès qu’il y a des nouveaux, visiblement ils n’aiment pas ça”. Le candidat du NPA est actuellement crédité de 2% d’intentions de vote. Des sondages que Philippe Poutou a beaucoup critiqué hier: “Les sondages foirent l’élection, c’est l’élection avant l’élection”. Avant de poursuivre: “Les gens se déterminent par des choix tactiques, et nous, on le subit”. Vote utile ou pas? Réponse dimanche.

Photo : Melissa Kalaydjian

Derniers articles

Dernières vidéos