À Bercy, Benoît Hamon réussit son pari

Meeting_Hamon_Photo_FESJ.jpg

MEETING/2017 – À 35 jours du premier tour de l’élection présidentielle, Benoît Hamon devait marquer un grand coup devant sa classe politique. Le meeting de Bercy marque un nouveau départ dans sa campagne.

L’ancien frondeur socialiste a lui-même connu beaucoup de désertions dans son propre camp depuis sa victoire à la primaire socialiste en janvier dernier. Après les divers ralliements à Emmanuel Macron, Benoît Hamon a du faire face cette semaine aux attaques de Manuel Valls qui a refusé de le parrainer. Il faut donc afficher un autre visage, non pas celui d’un homme seul mais celui d’un homme qui peut rassembler son camp. Pour cela, Benoît Hamon a fait le pari de Bercy (Désormais appelé AccorHotels Arena). Deux heures avant le début du discours, plus de la moitié de la salle était pleine, armée de drapeaux, de slogans et de patience. Le public venait des quatre coins de France au nom des écologistes, des socialistes, des LGBT ou même des européens convaincus. « Tout le monde à gauche peut se reconnaître en Benoît Hamon » entend-on de la part de personnes de tout âge. Et que serait Bercy sans musique ? Pour faire patienter la foule, trois groupes ont assuré la première partie avant de laisser la place aux différents soutiens du candidat socialiste. Vers 14h30, la salle ne pouvait plus accueillir de nouveaux spectateurs ce qui a obligé l’organisation a déployé un écran géant à l’extérieur.

La gauche unie… Ou presque

À chaque meeting sa vague de personnalités. Aujourd’hui, le Parti Socialiste tenait à marquer le coup en envoyant quelques-uns de ses ténors. Certains n’étaient bien sur pas présents comme Ségolène Royal ou Jean-Yves le Drian qui pourraient se rallier à Emmanuel Macron. Mais Benoit Hamon a pu compter sur la présence de Najat Vallaud-Belkacem, Christiane Taubira, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Emmanuelle Cosse, Olivier Faure ou encore Jean-Christophe Cambadélis. À l’annonce de son nom dans la salle, ce dernier a d’ailleurs été hué par le public, tout comme Jean-Vincent Placé. Malgré ces aléas, le candidat socialiste a offert un visage rassembleur avant de s’adresser à un auditoire plutôt jeune. La jeunesse justement, fut un sujet très évoqué lors du discours, tout comme les grandes réformes de l’histoire socialiste au pouvoir comme l’abolition de la peine de mort ou le mariage pour tous. Une minute de silence a également été marquée en hommage « à toutes les victimes du terrorisme en France ». Une minute qui a servi de point d’appui pour saluer le travail de sécurité du pays du gouvernement. Qui l’aurait cru, Benoît Hamon a fait applaudir François Hollande, Bernard Cazeneuve et Jean-Yves le Drian. Un discours à gauche toute pour tenter de réussir une remontée qui semble aujourd’hui impossible : avoir son nom sur un bulletin de vote le 7 mai prochain.

Photo : Baptiste Denis/Fréquence ESJ

Derniers articles

Dernières vidéos