Manuel Valls : « la campagne de la primaire se termine demain, celle de la présidentielle commence lundi »

meeting-manuel-valls-27-01-17-photo-fesj-mathilde-moreau.png

REPORTAGE - Le dernier meeting de Manuel Valls, pour la primaire de la gauche, s’est déroulé au palais des sports d'Alfortville (94), ce jeudi soir. Malgré quelques perturbations, Manuel Valls a su rassembler ses troupes trois jours avant le second tour.

Bloqués dehors, les derniers arrivés commencent à s’impatienter. Certains songent à faire demi-tour à cause des faibles températures de ce jeudi soir. À l’intérieur, des drapeaux français et européens survolent la foule de militants. Les avis diffèrent concernant les attentes du meeting de Manuel Valls. Pour Vivian, jeune vallsiste, son projet doit être explicite avant tout : « j’étais très inquiet lors du débat d’hier, face à Benoit Hamon, il a de très bonnes idées… J’espère qu’il va clairement expliquer ses futures mesures. Pour moi, on a une réelle chance de gagner. »

Pour Saïd, retraité, il espère enfin pouvoir juger ce candidat : « c’est la première fois qu’on le voit en vrai ! Quoi qu’il arrive je soutiendrai le vainqueur de cette primaire, il n’y a pas de gagnant ni de perdant. » 

Margaux Antoniazzi monte la première sur l’estrade. La responsable des Jeunes avec Valls est chargée de chauffer la salle. Puis vient le tour du sénateur et maire d’Alfortville. Luc Carvounas souligne les nombreux soutiens qui se trouvent dans la salle. Entre autre, Claude Bartelone, Sylvia Pinel, Didier Guillaume… 20h45, sous un tonnerre d’applaudissement, Manuel Valls arrive en saluant la foule.

meeting manuel valls 27 01 17 photo fesj mathilde moreau 2

« La campagne de la primaire se termine demain, celle de la présidentielle commence lundi »

Fidélité est l’un des mots qui revient souvent dans le discours de l’ex-premier ministre. Il ne cesse de remercier ses soutiens et les gens qui se sont déplacés pour ce meeting. Chômage, travail, laïcité et éducation sont les principaux thèmes abordés.

Mais le meeting ne s’est pas passé sans encombre. Une dizaine de personnes viennent le perturber en criant « Touche pas à ma ZEP ! ». Un acte dû à la réforme de la l’éducation prioritaire votée pendant son mandat.

« Je veux me battre, je me bats et je me battrai jusqu’à la victoire »

Quelques secondes après, Manuel Valls s’enflamme. Ses nombreux mandats se transforment en atout, il en est sûr et le crie, il peut tout gérer. Quelques instants plus tard, il commence à attaquer son adversaire, Benoit Hamon sur ses idées concernant le travail. Le candidat reprend ses termes utilisés la veille, « je veux être le candidat de la fiche de paie ». Une citation qu’il a copié à Arnaud Montebourg.

Chez les spectateurs, l’excitation est à son comble. Chaque fin de phrase du candidat s’ensuit d’applaudissement, et de drapeaux qui s’agitent. Dès qu’il peut, Manuel Valls appelle les militants et ses soutiens au vote pour le second tour de la primaire de gauche. « Ce n’est pas le sort de la gauche que vous avez entre les mains mais le sort de la France, de la République. »

« On a gagné ! Manuel président ! » La Marseillaise en fond, Manuel Valls est rejoint sur scène par ses soutiens politiques présents. Le meeting se termine dans les cris des militants ravis de ce qu’ils viennent d’entendre. Le palais des sports se vide petit à petit. Désormais pour les deux candidats, le résultat se fera dans les urnes dimanche.

Vidéo et photos Fréquence ESJ/Mathilde Moreau/Clara Ceccarelli

Derniers articles

Dernières vidéos