"Les Français ne veulent plus des vieux visages qui ont déjà gouverné le pays !"

Bruno_le_Maire.jpg

MEETING - Bruno Le Maire était hier soir en réunion publique à Courbevoie. Le candidat à la primaire de la droite et du centre a détaillé certaines propositions de son « contrat présidentiel ». Troisième dans les sondages, il entend s’imposer face au duo Juppé-Sarkozy qui fait pour l’heure la course en tête.

Candidat à la primaire de la droite et du centre, Bruno Le Maire tenait hier soir une réunion politique au Centre événementiel de Courbevoie. Près de 300 personnes étaient présentes pour écouter et échanger avec celui qui n’entend pas rester le troisième homme de cette primaire. « Il y a un duel qui s’est installé » lance Bruno Le Maire. « Le renouveau que je veux incarner, c’est l’alternative à 1995 et 2007 ». En clair, l’alternative à ses rivaux qui font la course en tête, Alain Juppé qui était Premier ministre en 1995 et Nicolas Sarkozy président de la République en 2007. « On vous enferme dans un choix qui n’est pas le votre, la campagne n’a même pas encore commencé, ne vous faites pas voler votre élection ». Le discours de Bruno Le Maire était hier soir axé sur l’emploi, « il n’y a pas de fierté sans travail » déclare t-il. Quelques heures après la publication des derniers chiffres du chômage (50 000 chômeurs en plus), le candidat a étrillé la gauche « qui a trahit par ses promesses sur l’inversion de la courbe du chômage ». Dans son « contrat présidentiel », Bruno Le Maire propose la privatisation de Pole emploi, baisse des charges pour les entreprises ou encore la valorisation de l’apprentissage. Des propositions qu’on retrouve parfois également chez ses concurrents à droite, mais il l’assure : « Vous n'aurez pas la même France si vous m'élisez moi ou un autre candidat à la primaire ! »

« Bruno Le Maire est un apporteur d’idée »

Plusieurs personnalités politiques des Hauts-de-Seine étaient  présentes, parmi elles, Roger Karoutchi qui était là en tant que secrétaire départemental de la fédération du 92 des Républicains. S’il soutient Nicolas Sarkozy pour les primaires, il a tenu à adresser un message d’unité. « Je veille à ce que tous les candidats à la primaire soit bien représentés dans les Hauts-de-Seine » assure l’ancien ministre. « J’ai été impressionné par les 1001 pages de son programme, Bruno Le Maire est un apporteur d’idées. Celui qui va gagner les primaires devra rassembler, notre intérêt à tous est de mettre un terme à ces cinq années avec la gauche ». Bruno Le Maire peut compter sur le soutien de Stéphane Baudet, maire de Courcouronnes et président de l’association des maires d’Ile de France :  « Les français aspirent à autre chose, ils ne veulent plus des vieux visages qui ont déjà gouverné le pays avec le résultat que l’on connait. Bruno incarne un renouveau, une autre façon de faire de la politique et je pense qu’il a montré sa capacité à être très proche du terrain et des français ».

« C’est celui qu’il nous faut »

« Il a une droiture, il parle vraiment bien ! » commente deux femmes  à la sortie de la réunion. Alain n’a en revanche pas du tout été séduit par le discours de Bruno Le Maire : « Non je n’ai pas été convaincu, c’est le seul qui a écrit des choses intéressantes mais tous les hommes politiques qui ont écrit des bouquins sont incapables de les mettre en fonction pour la simple et bonne raison que la France est régie par des groupes qui sont à l’extérieur de la France… ». Louise n’est quant à elle plus à convaincre, depuis quelques semaines, elle fait partie des jeunes militants qui animent la campagne de Bruno Le Maire « J’ai acheté son livre 'Ne vous résignez' pas et j’étais vraiment en accord avec ce qu’il dit » confie la jeune militante. « Je pense que c’est vraiment celui qu’il nous faut pour 2017, il n’y a que lui qui pourra rétablir l’autorité de la France ».

Photo : AFP/Jean-Christophe Verhaegen

Derniers articles

Dernières vidéos