Jean-François Delfraissy, le conseiller Covid-19

(Reading time: 2 - 3 minutes)
Jean_François_Delfraissy_CRIC_Olivier_Donnars.jpg

PORTRAIT - Le président du Conseil scientifique sur le Covid-19, Jean-François Delfraissy, a publié dimanche 26 avril un sixième avis sur la gestion de l’épidémie. Selon l’immunologue, « il est temps que le confinement se termine ». Portrait d’un homme calme et consciencieux.

 

« C’est un danger mais il faut sortir du confinement. C’est indispensable pour des raisons sociales, sanitaires et aussi économiques ». C’est ce qu’a déclaré dimanche 26 avril, Jean-François Delfraissy au Figaro. Ancien interne, médecin et professeur, Jean-François Delfraissy est surtout le conseiller d’Emmanuel Macron sur l’épidémie du coronavirus depuis le 11 mars. Date à laquelle Olivier Veran, le ministre de la Santé, l’a investi au poste de président du Conseil scientifique Covid-19. Un poste mérité pour ce spécialiste du système immunitaire.

Un homme de carrière

A la tête du Comité Consultatif National d’Ethique en 2016, il avait déjà été sollicité en 2014 par Manuel Valls pour coordonner le virus Ebola entre la France et l’Afrique. Directeur de l’Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales en 2005, Jean-François Delfraissy est un spécialiste dans son domaine. Diplômé de l’université de médecine Paris 6 Pierre et Marie Curie, il n’avait pourtant pas prévu de devenir médecin.

Né en 1948 à Paris, cet homme aux cheveux clairs et au regard droit doit son métier aux aléas de la vie. Son père, Auguste, médecin ORL, décède à 60 ans. Un événement qui bouleverse sa vie. « Je n’avais jamais songé à faire son métier, raconte-t-il. Pour des raisons familiales, nous sommes redescendus à Clermont-Ferrand, où je me suis inscrit en médecine ». Pour sa spécialisation, là aussi tout se fait d’une façon très spontanée. Jeune interne à l’époque, c’est le professeur Richet qui lui donne la bonne feuille de route pour la suite de sa carrière. « Je voulais faire de la néphrologie. Mais le professeur Richet me dit "C’est fini, c’est des virus qu’il faut s’occuper." Et me voilà interne à Béclère chez Jean Dormont », explique-t-il. Ce métier devient finalement une passion, qui la suit jusque dans le nid conjugal. Son épouse travaille elle-aussi dans le milieu hospitalier, en tant que pharmacienne.

Des récompenses à la hauteur des compétences

En 2005, Jean-François Delfraissy est promu officier de l'ordre national du Mérite. Après 33 ans de services civils, militaires et d'activités sociales, il est récompensé par la Légion d’honneur en 2009. Lors de cette remise, le professeur Jean Dormont, figure de la médecine interne, a eu une pique amusante envers son ancien élève. « Jean-François, vous êtes souvent en retard, mais vous arrivez toujours au bon moment ». C’est d’ailleurs vrai, Delfraissy est toujours en retard ! Même lui le reconnaît. Il a tout de même la délicatesse de prévenir son interlocuteur de son léger contretemps. Puis il arrive, souriant, élégant, donnant le sentiment que rien ne le presse. « Le stress ? à quoi cela sert ? » demande-t-il. En tout cas, c’est sur un homme calme, détendu et spécialiste en son domaine qu’Emmanuel Macron peut s’épauler.  

Photo : Olivier Donnars / CRIC

 

Derniers articles