Jean-Paul Hebrard : « la situation est très mauvaise pour le monde agricole »

(Reading time: 2 - 4 minutes)
Jean_Paul_Hebrard_Manon_Blangis_SIA_2020.jpg

INTERVIEW / VIDEO - Jean-Paul Hebrard était l'invité de « Sortez Dedans ! Divertissement » mercredi 22 avril. Directeur de la chaine TV Agri et spécialiste de l'agriculture, il a décrit la complexité pour le monde agricole de faire face à la crise du coronavirus. Une crise que l'Union Européenne n'a pas su gérer, selon lui.

Ingénieur de formation et cofondateur du site de location de matériel agricole " WeFarmeUp", Jean-Paul Hebrard est un spécialiste, passionné d'agriculture. Très touché par la crise sanitaire du Covid-19, le secteur agricole peine à s'en sortir. Une situation qui inquiète Jean-Paul Hebrard : « La situation est très mauvaise pour le monde agricole. Les gens ne vont plus dans les restaurants, ni dans les cafés. Il n'y a plus de consommation, les marchés ont chuté. Par exemple, pour les viticulteurs et les vignerons qui vendent directement leur vin dans les restaurants, ce n'est plus possible ». L'alternative de la consommation à domicile s'est, petit à petit, mise en place afin de limiter les pertes. « Il y a eu l'initiative Des bras pour ton assiette. 250 000 personnes se sont inscrites pour venir récolter les fruits et légumes dans les champs. Si on ne récolte pas ces cerises, pour le vin, ou ces fruits dans les prochaines semaines, ils vont se perdre ».  

Depuis plusieurs années, le secteur de l'agriculture est en détresse et réclame de l'aide au gouvernement français et aux institutions de l'Union européenne. La crise du Covid-19 accentue cette affliction. Pourtant, une fois de plus, l'Union européenne n'a pas répondu à cet appel à l'aide.  « Ça fait longtemps que le monde agricole dit : attention, il faut adopter des mécanismes d'urgence, parce qu'il y a une crise et qu'il faut réagir ! (...) L'Europe a été complètement absente »  explique Jean-Paul Hébrard. 

« Il y a déjà un rebond négatif qui s'annonce. Un malheur n'arrive jamais seul » 

Pour Jean-Paul Hebrard, la fin de l'année risque d'être compliquée pour le secteur agricole. Outre la crise du coronavirus, la sécheresse est un problème plus inquiétant. « Au mois de mars, on a eu 1,19 degré de moyenne en plus. (...) On va avoir un problème de sécheresse et donc des tensions sur les forages et des tensions sur la paille ». Optimiste de nature, Jean-Paul Hebrard se focalise tout de même sur les points positifs de cette crise. « Ce problème permet à l'agriculture de réfléchir et d'évoluer. On est dans un système de crise qui pousse à l'extrême les curseurs. Pour le monde agricole, c'est le moment de penser au monde d'après ! ». Selon cet expert, les agriculteurs doivent marcher main dans la main avec le gouvernement afin d'obtenir des résultats et d'améliorer la situation du secteur.  « Emmanuel Macron a été visité la SICA en Bretagne, une coopérative. C'est une façon de dire aux agriculteurs : vous avez assuré l'alimentation, vous êtes la seconde ligne de front. Il y a une forme de reconnaissance ». Pour la suite des événements, les agriculteurs devront, eux aussi, se remettre en question et y mettre du leur. « Est-ce que le monde agricole va être capable de capitaliser sur la bonne image durant la crise, d'être pro-actif, de se remettre en cause et proposer des idées ? Il faudra que le monde agricole le fasse sinon il risque de se faire damer le pion par les ONG et les associations ».

 REGARDEZ L'INTERVIEW EN VIDEO

 

Photo : Manon Blangis / Fréquence ESJ

Derniers articles