65 000 personnes manifestent à Paris le 5 décembre contre la réforme des retraites

(Reading time: 3 - 6 minutes)
Valentin_Faivre_Grève_5_décembre_Couverture.jpg

REPORTAGE - Selon le ministère de l’intérieur, au moins 806 000 personnes ont participé à la journée de grève contre la réforme des retraites sur toute la France, au premier jour de mobilisation. À Paris, la manifestation a pris du retard en raison de l’affluence et de heurts avec la police.

 

« Même si Macron le veut pas, nous on est là ! »  

À 11 heure, place de la République, un groupe de pompiers grévistes prend la pose devant la Statue. Quelques gilets jaunes se serrent autour d’un brasero pour résister à la température hivernale. Tout le monde est calme, mais plusieurs dizaines de camions de CRS sont garés dans les rues avoisinantes. À 11h30, une sirène se fait entendre. Un camion anti-émeute équipé de son canon à eau se positionne boulevard Saint-Martin, à quelque dizaines de mètre du boulevard de Magenta, d’où la manifestation est censée arriver.  

Valentin Faivre Grève 5 décembre 1

À Paris, les pompiers étaient venus nombreux. 

 

Une heure plus tard, devant la Gare de l’Est, les manifestants sont déjà nombreux, et entre les explosions de pétards, on entend régulièrement le cri de ralliement des Gilets Jaunes : « Pour l’honneur des travailleurs, et pour un monde meilleur, même si Macron le veut pas, nous on est là », suivi du « Ahou » spartiate. Au passage des « voltigeurs » - la Brigade de répression de l'action violente motorisées -, la foule crie « Tout le monde déteste la police ».  

Le cortège a pris du retard à cause de l’affluence. Alors qu'il est censé partir, le boulevard de Magenta est bondé. De Gare du Nord à la place de la République, les manifestants attendent, regroupés par corporation. Les CRS patientent également à toutes les entrées de la place. En rangs serrés, ils filtrent les personnes qui souhaitent rejoindre la manifestation. Après s’être vu refusé l’accès, une femme s’énerve contre la « nasse » : « C’est un refus de démocratie ! ». Les sacs sont systématiquement fouillés, pour éviter l’introduction d’objets jugés dangereux.  

 

Velentin Faivre Grève 5 décembre 2 Des pompiers agitent leur drapeau au sommet d’un échafaudage, le 5 décembre. 

 

À 15h00, certains s’impatientent, mais l’ambiance reste bon enfant. Des pompiers montent un échafaudage et déploient un drapeau au sommet, sous les applaudissements de la foule. « Si la manifestation prend du temps à partir, c’est qu’on est extrêmement nombreux dans les rues à Paris ! », entend-on régulièrement au mégaphone. Mais devant le cortège syndical, plusieurs manifestants, certains habillés de noir, crient des slogans anticapitalistes et hostiles à la police. 

 

Valentin Faivre Grève 5 décembre 3

Un casseur détériore une caméra de surveillance, place de la République. 

Des incidents à l’entrée de la place de la République

À 15h30, l’incendie volontaire d’une remorque de chantier est déclenché boulevard de Magenta, à l’entrée de la place de la République. En réaction, les CRS interviennent et séparent le cortège de l’accès à la place. Un blackblock de quelques centaines de personnes se forme, et commence à lancer des projectiles divers en direction des policiers. L’affrontement va durer plusieurs heures, sur une zone très localisée. De nombreux manifestants quittent alors le cortège, déçus et en colère. "On ne sait pas trop ce qui s'est passé, à part qu'on a senti la lacrymo", raconte une assistante maternelle de Seine-et-Marne interviewée par BFM.   

Certains manifestants estiment que les forces de police ont « cassé la manif en prenant le prétexte des violences ». Jean-Luc Mélenchon s'en ai pris directement au préfet de police sur Twitter:  « Paris : une fois de plus, méthode nulle du préfet Lallement. Seule ville de France à violences et gazages de masse ».  Ce n’est qu’à 17h00 que la manifestation reprend sa marche vers la place de la Nation. Elle la rejoindra à la nuit tombée, sous les lacrymogènes. La police a annoncé avoir procédé à 87 interpellations et le parquet à 71 garde à vue. 

 

Valentin Faivre Grève 5 décembre 5Suite au passage d’un groupe d’antifas, une grenade lacrymogène est lancée dans la foule, place de la République. 

 

« Une très forte mobilisation dans le public comme dans le privé »

Dans tout le pays, la CGT a comptabilisé 1,5 million de personnes appartenant à des secteurs d’activité très variés. Des syndicats de la SNCF, la RATP, des hôtesses et hôtes de l’air, des enseignants, du personnel des raffineries, des urgentistes, des avocats, des policiers, des pompiers et des étudiants ont lancés des appels à la grève et à la manifestation. Le secrétaire général de Force ouvrière (FO), Yves Veyrier, a estimé en début de soirée sur RTL que la mobilisation « (…) démarre très haut ».  Parmi les mobilisations les plus importantes, les services de police ont dénombré 33 000 personnes à Toulouse, 20 000 à Bordeaux, 19 000 à Nantes, 15 000 à Clermont-Ferrand, 12 000 à 13 000 à Lille, Rouen et Grenoble, au moins 10 000 à Tours, Rennes, Brest, Saint-Etienne, Bayonne et Pau, 9 000 à Strasbourg, Perpignan, Limoges, Saint-Nazaire ou Caen. 

 

IValentin Faivre Grève 5 décembre 6

 Devant la Gare de l’Est, les manifestants étaient déjà nombreux plusieurs heures avant le début de la manifestation. 

 

La réforme des retraites sera détaillée « la semaine prochaine »

Jeudi, Edouard Philippe a « rendu hommage » aux syndicats pour l’encadrement des manifestations. Le chef du gouvernement a ajouté : « Je voudrais dire qu’il y a eu beaucoup de manifestations (…), et que dans un très grand nombre de villes, elles se sont bien passées car elles ont été bien organisées ». Il a tout de même souligné « quelques villes où on a constaté des débordements souvent liés à la présence de casseurs qui ne venaient pas pour manifester ».  


Valentin Faivre Grève 5 décembre 7Dans tout le pays, la CGT a comptabilisé 1,5 million de personnes appartenant à des secteurs d’activité très variés.

 

Emmanuel Macron reste « calme et déterminé à mener cette réforme, dans l’écoute et la consultation », a assuré l’Elysée dans la journée, précisant que « le premier ministre s’exprimerait vers le milieu de la semaine prochaine » sur « l’architecture générale de la réforme ». La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a ajouté : « Il reste des marges de négociation » pour prendre en compte les « situations spécifiques ». 

 

Valentin Faivre Grève 5 décembre 8

Une banderole est déployée depuis un toit, place de la République.

 

Photos : Valentin Faivre / Fréquence ESJ. 

 

Derniers articles