Maxence Danet-Fauvel : « Voir qu’on a réussi à créer ces personnages qui parlent aux gens […] c’est une victoire magnifique pour nous. »

(Reading time: 2 - 4 minutes)
c_1100_500_16777215_00_images_articles_skam_-_photo_frequence_esj.jpg

INTERVIEW/VIDEO - Axel Auriant et Maxence Danet-Fauvel, acteurs principaux de la troisème saison de la série événement Skam, étaient cette année parrains de la Marche des Fiertés parisienne. Nous les avons reçus, à cette occasion, dans notre studio, place de la République où nous avons évoqué la série phare de France Télévisions et leur engagement auprès de la communauté LGBTQI+.

 

Maxence Danet-Fauvel interprète un jeune homme pansexuel, Eliott, dans cette série qui s’intéresse à chaque nouvelle saison à un fait de société. Comprenez que le personnage peut être attiré par qui que ce soit, sans considération de sexe ou de genre. Précision importante pour l’acteur puisqu’il avoue s’être déjà fait « basher » parce qu’il avait été imprécis en disant que le personnage était homosexuel. Axel Auriant joue quant à lui Lucas, un jeune homme qui découvre son homosexualité.

Axel Auriant est d’ailleurs un habitué des Marches des Fiertés et voit cet événement comme une bonne occasion de danser, de se réunir, d’être ensemble dans un seul but : célébrer l’amour. Maxence, lui, considère que « la rue devrait être comme ça tous les jours, elle devrait être plus colorée ! Je dis ça alors que je ne m’habille qu’en noir ! ». Les deux comédiens sont d’ailleurs victimes de leur succès lors de ce genre de rassemblement, leur popularité grandissante les amène à être très souvent reconnus. Une reconnaissance de leur travail et des valeurs qu’ils portent qui leur inspire une grande gratitude. Pour Maxence Danet-Fauvel, « voir qu’on a réussi à créer ces personnages qui parlent aux gens, qui touchent les gens et qui aident les gens, c’est une victoire magnifique pour nous. ».

Un sentiment d’accomplissement et d’avoir réussi à faire bouger les choses selon les deux acteurs, qui a été un de leurs moteurs pour endosser les rôles de Lucas et Eliott. Avant même le début du tournage, l’idée de pouvoir aider des personnes vivant difficilement leur homosexualité les a grandement motivé. Tout cela est passé par leur jeu, et leur capacité à toucher le public à travers des personnages très différents. D’un côté, Axel Auriant interprétait un personnage renfermé dans une carapace, perdu sentimentalement, mais qui s’ouvre peu à peu. Et de l’autre côté, Eliott, interprété par Maxence Danet-Fauvel, qui selon ses mots est « le personnage le plus multicolore qu’on ai pu m’écrire. Un être humain avec des nuances exceptionnelles […]. Il est plein de couleurs, hypersensible, hyper touchant, un artiste, toute sa vie tourne autour de l’amour, qui fonce tête baissée et qui fait donc des erreurs, mais c’est ce que j’aime chez ce personnage. »

« C’est beaucoup plus facile d’envoyer "PD je vais te crever" quand tu es derrière ton ordi. »

Lorsque l’on tourne dans une série se voulant éducative et un porte-étendard de la lutte contre les discriminations, on s’expose forcément à des risques de réactions haineuses. Axel et Maxence n’y font pas exception, mais selon eux, ces messages haineux sont une minorité par rapport à tous les messages d’amour et de soutien qu’ils reçoivent tous les jours. Pour Axel Auriant, « ces messages, c’est 10% face à 90% […] et c’est beaucoup plus facile d’envoyer « PD je vais te crever » quand tu es derrière ton ordi. ». Pour Maxence Danet-Fauvel, les acteurs de la série reçoivent mille fois plus d’amour que de haine.

Enfin, vient la question de la représentativité des minorités dans les médias. Pour Axel Auriant, « il faut montrer ce que vivent les gens dans la vraie vie », et Maxence Danet-Fauvel va encore plus loin en déclarant que « en 2019, on est encore tellement arriéré, il faut le montrer aux gens, leur foutre en pleine gueule. Il faut que les gens sortent dehors et se foutent à poil, qu’ils fassent ce qu’ils ont envie de faire ! ». Pour l’acteur, il faut déranger les personnes qui n’acceptent pas et rejettent la différence et l’altérité. Pour conclure, les deux vingtenaires ont un message simple: « Aimez-vous ! ».

 

REGARDEZ L'interview EN VIDÉO

 

Photo : Fréquence ESJ

Derniers articles