• Slide FESJ 2015
  • 20h, l'invité
  • L'hebdo sports

Birmanie : une manifestation à Montpellier demande l’arrêt du massacre des Rohingyas

manifestation-birmanie-2017-photo-lucas-pierre.png

REPORTAGE - Le 9 septembre, une centaine de personnes se sont rassemblées à Montpellier pour  protester contre le massacre des Rohingyas en Birmanie et labsence de médiatisation autour de la crise.

Montpellier, Place de la Comédie. Une centaine de personnes se réunit autour dun speaker pour protester. « Rohingyas, victimes ! » s’exclame la foule. Elle prend la forme dun cercle. Certaines personnes sont munies de papiers en guise d’écriteaux. On peut y lire « Stop au génocide », « Je suis Rohingya » ou encore « Help Rohingyas ». Victor*, un des manifestants précise lobjet de ce rassemblement : « à cause du massacre du peuple Rohingya en Birmanie. Ils sont tués tous les jours, ils doivent se sauver et il ny a aucun pays, aucun peuple qui peut les recevoir. » Il ajoute que, pour le moment, lOrganisation des Nations Unies na toujours pas fait signe de sy intéresser.

Absence dans les médias

Les Rohingyas sont une minorité musulmane historiquement persécutée. Ils vivent dans lAkaran, état côtier de la Birmanie. Suite à de récents combats entre l’armée birmane et l’armée de secours des Rohingyas de lAkaran, la tension monte dun cran. Revanchardes, les autorités régionales perpétuent alors des violences à l’encontre de ce peuple, contraint à fuir. « Ça a été ignoré pendant plusieurs années. On a commencé à en parler dernièrement, mais ce nest toujours pas suffisant. » explique Victor. Énervé, il dénonce aussi la place trop importante, selon lui, que prend lactualité,  « en ce moment, on ne parle que des ouragans. On oublie le peuple Rohingya qui est massacré tous les jours par la Birmanie ».

Le silence dEmmanuel Macron

En plus des grandes puissances occidentales, le président de la République na toujours pas réagi. Comme tous les manifestants, cest une situation que Victor déplore : « on demande à monsieur le président de réagir. Il a le pouvoir, il peut réagir auprès de lONU, du Conseil de Sécurité, de lUnion Européenne ».

Dernièrement, plus de 80.000 Rohingyas ont été contraints de fuir vers le Bangladesh, pays limitrophe de la Birmanie. Dans une lettre rendue publique le 7 septembre, Desmond Tutu et Malala Yusafzai (tous deux Nobels de la Paix) dénoncent le comportement d’Aung San Suu Kyi : « nous prions pour que vous soyez une fois de plus courageuse. Nous prions pour que vous vous exprimiez au nom de la justice et des droits de lhomme ». Porte-parole de la Présidence de la République de lUnion de la Birmanie et Prix Nobel de la Paix 1991, Aung San Suu Kyi estime que la crise, pour le moment, est « noyée sous la désinformation ».

*Le prénom a été changé

Photo Lucas Pierre/Fréquence ESJ

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos