Didier Baichère assume privilégier Noël à la réouverture des restaurants et cafés : “C’est un choix que nous avons fait”

(Reading time: 2 - 4 minutes)
Didier_Baichre_LREM_15_12_20_Manon_Blangis_FESJ.jpg

INTERVIEW / VIDEO - Le député LREM Didier Baichère était dans “20h, l’Invité”, mardi 15 décembre. Il a défendu les récentes annonces du Premier ministre Jean Castex. Pour lui, les réunions familiales à Noël doivent primer sur la réouverture des cafés, restaurants et autres lieux culturels. 

“Les chiffres ne sont pas bons”, reconnaît le député de la majorité. Et pourtant, “ça me paraît impossible de dire “on ne verra personne pour les fêtes de fin d’année”", explique-t-il au micro de "20h, l’Invité". Le Premier ministre Jean Castex a annoncé que les élèves pourront ne pas se rendre dans leurs établissements scolaires deux jours avant les vacances de fin d’année. Une mesure qui surprend, alors que le gouvernement affirme depuis le début du confinement que l’école n’est pas un lieu de contamination. “Ce n’est pas l’école plus qu’autre chose”, rétorque Didier Baichère. Selon lui, cette mesure permettra, à ceux qui le souhaitent, de se confiner en famille, hors de tout contact extérieur. “Si vous décidez d’un auto-confinement avant Noël, alors il y aura une tolérance à l’école. Mais ce n’est certainement pas une recommandation”. Pour le député, les choix pris par le gouvernement restent “la meilleure solution”.

31 décembre sacrifié, restaurants et cafés décalés 

“C’est un choix que nous avons fait”, explique-t-il. “Le choix de privilégier les fêtes de Noël, un grand moment de cohésion familiale, au détriment du 31 décembre”. Le député La République en marche reconnaît également que ce choix se fait également “au détriment de l’ouverture des cafés et des restaurants, de l’ouverture des lieux de cultures”. “C’est un choix difficile”, affirme-t-il, et il l’assume. Un choix qui ne plait pas à tous les travailleurs des secteurs concernés, d’autant que les seules fêtes de Noël pourraient suffire à relancer l’épidémie. “Je n'ai pas une boule de cristal”, admet Didier Baichère. Mais si l’on multiplie les contacts à Noël, “on aura forcément un redémarrage des contaminations, c’est une évidence.” Certains s’interrogent alors. Devrait-on limiter davantage le nombre de personnes pouvant se réunir ? Si l’Allemagne autorise les familles à recevoir jusqu’à cinq personnes extérieures au foyer, le Royaume-Uni se limite à trois personnes et les Pays-Bas, à deux. La France, quant à elle, se contente de recommander six personnes adultes par table maximum. Durcir les règles pour Noël, Didier Baichère ne l’envisage pas. “Deux personnes, autant dire : on ne fait rien”, finit-il par lâcher. “Pour la santé émotionnelle des Français, on a besoin de ce moment-là”.

Réouverture des lieux culturels le 7 janvier : “Ça me semble hasardeux”

Les professionnels du milieu de la culture pourraient aussi rester sur le banc de touche. Le Premier ministre ne s’est pas montré très optimiste vis-à-vis d’une réouverture des musées et salles de spectacle la première semaine de 2021. Mardi 15 décembre, les travailleurs du secteur culturel ont d’ailleurs défilé dans plusieurs villes alors qu’ils étaient sensés pouvoir rouvrir le jour même. “On verra le 7 janvier”, commente Didier Baichère. “Si le nombre de personnes aux urgences ne diminue pas, on ne va pas ouvrir plus de lieux publics”, explique le député, rappelant la responsabilité de chacun. “On verra les chiffres à ce moment-là mais ça me semble quand même un peu hasardeux”.

Regardez l'émission en vidéo

 

Photo : Manon Blangis / Fréquence ESJ 

Derniers articles