Xavier Breton sur le déconfinement : « Je ne sacralise pas un chiffre comme l’a fait le président de la République »

(Reading time: 2 - 4 minutes)
Xavier_Breton_20h_09_12_2020_Manon_Blangis_Frquence_ESJ.jpg

INTERVIEW / VIDEO - Le député Xavier Breton était dans « 20h, l’Invité », mardi 8 décembre, sur Fréquence ESJ. Interrogé sur la situation sanitaire et économique en France, l’élu Les Républicains a émis des doutes concernant la stratégie d’Emmanuel Macron.

« Il y a un risque de troisième vague ». Les mots du porte-parole du gouvernement inquiètent à la veille d’une nouvelle allocution du Premier ministre, le 10 décembre, concernant la situation sanitaire en France. Xavier Breton, invité de Fréquence ESJ, a très vite déploré que toutes les décisions soient conditionnées à des chiffres : « On a des chiffres qu’on agite sans savoir à quoi ils correspondent ». Selon lui, les 5 000 contaminations par jour nécessaires pour un déconfinement ne reflètent pas forcément la réalité, rejoignant sur ce l'épidémiologiste Catherine Hill : « plus on teste, plus nous aurons de résultats positifs. Ce n’est pas parce que Emmanuel Macron a parlé de 5 000 contaminations qu’il faut tirer telles ou telles conclusions de manière hâtives ». Pourtant, cette condition, infaisable pour beaucoup d’experts d’ici au 15 décembre, déterminera la façon dont les Français pourront fêter Noël. Pour Xavier Breton, le chef de l’État « a sacralisé un chiffre ».

Le député LR fêtera Noël avec ses enfants mais sans « les grands-parents » comme le recommandent les autorités. Il regrette cependant « l’infantilisation » qu’utilisent les scientifiques pour s’exprimer à la population, notamment au sujet des fêtes de fin d'année. Concernant les mesures restrictives, qui pourraient être allégées après le 15 décembre, Xavier Breton met en garde le gouvernement : « Il n’y a aucune ligne stratégique, si on joue constamment sur la contrainte, il y aura le goût d’enfreindre l’interdit ! ».

« Il y a eu une tromperie sur la méthode de la part d’Emmanuel Macron »

Le gouvernement a présenté lundi 6 et mardi 7 décembre les grandes lignes du projet de loi climat issu des travaux de la Convention citoyenne. Sur le fond comme sur la forme, la déception est palpable parmi ses 150 membres depuis quelques jours. Cette déception, Xavier Breton la comprend et reproche à Emmanuel Macron d’avoir changé de discours : « Il y a eu une tromperie sur la méthode de la part d’Emmanuel Macron ». Lors du lancement de la Convention sur le climat, le chef de l’État promettait de transmettre « sans filtre » les propositions des citoyens. Quand ces derniers avaient proposé leurs 149 mesures, Emmanuel Macron avait alors utilisé trois jokers, trois propositions qui n'ont pas été retenues dont la création d’une taxe de 4% sur les dividendes. Xavier Breton, lui, aurait préféré « en débattre ». Concernant le dispositif, le député émet des doutes : « la méthode n’était pas bonne de donner et confier les clés aux citoyens et de penser que le parlement allait être une chambre d’enregistrement ». Selon lui, on devrait « prendre le temps de dire si on est pour ou contre ces sujets » et ensuite si les différents parties ne se rejoignent pas, envisager un « référendum ». L’écologie, pour Xavier Breton, ne doit d'ailleurs pas prendre les dessus sur l’homme. Le député ne souhaite pas une « écologie où l’homme ne devient qu’une espèce parmi d’autres ».

Regardez l'émission en vidéo

 

Photo : Manon Blangis / Fréquence ESJ 

Derniers articles