Marie-Christine Dalloz : « j’ai voté contre le plan de déconfinement du gouvernement ! »

(Reading time: 2 - 4 minutes)
Marie_Christine_Dalloz_Thomas_Padilla_MAXPPP.jpg

INTERVIEW / VIDÉO - La député Marie-Christine Dalloz était l’invitée de l’émission « Sortez dedans ! l'Info », mardi 28 avril. Elle a dénoncé les points d’ombre du plan de déconfinement dévoilé par Édouard Philippe, concernant la reprise de l’école ou encore la gestion des masques depuis le début de l’épidémie de Covid-19.

Invitée à réagir quelques heures seulement après la présentation du plan de déconfinement par Édouard Philippe, la députée Les Républicains a dénoncé le manque de nouveauté dans le discours du Premier ministre : « on est dans de la communication, je n’ai pas appris grand-chose aujourd’hui ». Confinée en raison des restrictions sanitaires à l’Assemblée nationale, Marie-Christine Dalloz aurait voulu en savoir plus sur la réouverture des écoles ou un possible déconfinement progressif. «  Les mesures concernant l’école avaient déjà été annoncées par le ministre de l’Éducation, et celles par rapport au déconfinement progressif, ont les avaient déjà imaginées ». La seule annonce à retenir pour la députée de la deuxième circonscription du Jura est le fait « qu’on ait deux plans de déconfinement, le premier le 11 mai et le second le 2 juin ».

 « Rien sur les conseils municipaux ! »

Marie-Christine Dalloz, qui exerce son troisième mandat de député de suite, s’est insurgée que la question des élections municipales n’ait pas été évoquée : « on compte sur les maires pour le retour a l’école, mais à aucun moment on a parlé de l’installation des conseils municipaux. C’est comme si il n’y avait pas eu d’élection au mois de mars ». Pour le moment, la date du second tour des élections municipales n’a pas été décidée. Les conseils municipaux élus dès le premier tour, eux, ne sont pas encore installés : « On va envoyer les enfants a l’école le 11 mai, mais les 85% des conseils municipaux déjà élus ne vont pas siéger ». Le plan de déconfinement annoncé laissera en effet au maire un grand pouvoir de décision. Pour la députée, il faut donc accélérer cette procédure : « Il faut que les conseils municipaux soient vite installés et qu’ils votent un budget ».

 « Les gens doivent retourner travailler »

L’ancienne maire de Martignat (Ain) a avoué être favorable à une reprise de l’école le 11 mai prochain pour deux raisons. Selon elle,  « l’aspect scolaire est important car beaucoup d’enfants sont sortis des écrans radars malgré les classes virtuelles ». La reprise de l’école est une « option possible » mais « il faut travailler avec les élus locaux pour que cela se fasse dans de bonnes conditions ». Ill s'agit aussi, pour elle, d'une mesure économique : « les gens doivent retourner travailler. Le télétravail est une bonne alternative, mais il y a des limites ». L’Assemblée nationale est l’exemple type pour Marie-Christine Dalloz : « on ne travaille pas normalement avec le télétravail, et on ne peut pas repousser toutes activités dans 6 mois, il faut apprendre à vivre avec le virus ». Mais pour celle qui a soutenu Nicolas Sarkozy lors de la primaire des Républicains en 2016, cela devra se faire « selon certaines conditions ». Elle évoque notamment la mise en place « des horaires décalés. Certains devront travailler le matin et d’autres l’après-midi »

Marie-Christine Dalloz a également donné son point de vue concernant la gestion des masques en France : « je crois que les Français n’ont pas attendu que l’État trouve des solutions pour s’organiser ». Beaucoup se sont débrouillés eux-mêmes pour s’équiper en masques car « si c’est la même chose que pour les masques chirurgicaux pour les soignants, on risque d’attendre longtemps ». Elle a donc décidé de voter « contre » le plan de déconfinement du gouvernement à l’Assemblée nationale qui est, malgré ça, passé avec 368 voix. 

 Regardez l'interview en vidéo

Photo : Thomas Padilla / Maxppp 

Derniers articles