Agnès Firmin-Le Bodo, n°2 liste LR du Havre: « Ceux qui souhaitent nationaliser le débat notamment avec le 49.3, ce sont peut-être ceux qui n’ont pas de projet à défendre ! »

(Reading time: 2 - 4 minutes)
c_1100_500_16777215_00_images_articles_Agnes_Firmin-Le_Bodo.jpg

INTERVIEW - Invitée par téléphone, Agnès Firmin-Le Bodo, députée de la septième circonscription de la Seine-Maritime et numéro deux de la liste municipale d’Edouard Philippe au Havre, était interrogée  sur les élections municipales.

 

Selon la députée, la fin de la campagne électorale du Premier ministre se déroule bien mais elle préfère rester mesurée : « On n’est jamais sûr de rien, c’est le principe d’une élection, mais nous sommes fortement mobilisés  ». Les sondages réalisés avant le premier tour indiquent un score en faveur du Premier ministre, ce que confirme la colistière. « Ce sondage est plutôt bon, puisqu’il nous place au-delà des 40%, mais suffisamment, aussi, intéressant pour continuer à mobiliser notre électorat ». En 2014, Edouard Philippe avait été élu maire du Havre dès le premier tour avec près de 52% des suffrages exprimés. Malgré ce sondage qui montre une baisse des soutiens auprès de la liste d’Edouard Philippe, Agnès Firmin-Le Bodo ne s’inquiète pas : « En 2014, l’élection au premier tour était plutôt une surprise, nous n’étions absolument pas prêt à fêter la victoire dès le premier tour ». L’élue de Seine-Maritime assure aussi que « ce ne sera pas un échec si Edouard Philippe n’est pas élu au premier tour ».

« L’enjeu, c’est bien une élection municipale »

Interrogée sur la défiance d’une partie des électeurs, la députée de Seine-Maritime souhaite ne pas nationaliser un débat local. Elle ne s’inquiète pas d’un vote sanction contre le chef du gouvernement : « L’enjeu, c’est bien une élection municipale. Il y a une vraie différence entre une élection municipale et une politique nationale ». Agnès Firmin-Le Bodo précise, « il suffit d’expliquer aux gens comment la ville s’est transformée». La numéro deux sur la liste souhaite aussi saluer la présence d’Edouard Philippe aux élections locales : « Le Premier ministre a fait le choix d’être candidat, il faut saluer son courage d’aller se frotter au suffrage ». Selon elle, « un homme politique doit se présenter au suffrage universel ». Elle tient aussi à relayer les propos d’Edouard Philippe : « Il pense que le mandat de maire est sans doute le plus beau des mandats ». 

Interrogée sur le cumul des mandats et sa reconduction ou non à la tête de l’exécutif, elle précise l’avenir du Premier ministre. « Il a un bilan à défendre ». En attendant, en raison de la loi limitant le cumul des mandats, la députée affirme que le maire actuel gardera sa place : « Jean-Baptiste Gastinne sera réélu maire si Emmanuel Macron fait encore confiance à Edouard Philippe ». L’élue de Seine-Maritime, si elle apporte son soutien à Edouard Philippe, ne veut en aucun cas, devenir maire. « J’ai souhaité apporter mon soutien à Edouard Philippe dans ce projet en tant que parlementaire, en tant  qu’ancienne élue de la ville du Havre jusqu’en 2017. Il était important que je puisse accompagner ce projet, c’était le sens de ma candidature aux côtés d’Edouard Philippe ». Elle souhaite enfin, dénoncer les allusions à la politique nationale reprochés à sa liste. « Ceux qui souhaitent nationaliser le débat notamment avec le 49.3, ce sont peut-être ceux qui n’ont pas de projet à défendre ». 

 

Derniers articles