Jean Castex, le « Monsieur Déconfinement »

(Reading time: 2 - 3 minutes)
Jean_Castex_Ludovic_Marin_AFP.jpg

PORTRAIT - Chargé d’encadrer le « plan de déconfinement », Jean Castex prend la parole aujourd’hui devant les élus locaux. Il annoncera les grandes lignes du déconfinement avant qu’Edouard Philippe les détaille mardi 28 avril. Jean Castex, haut fonctionnaire et maire de la ville de Prades, est spécialisé dans le domaine de la santé. Portrait d’un homme pragmatique et consciencieux. 

 

« C’est un haut fonctionnaire qui connait parfaitement le monde de la santé et qui est redoutable d’efficacité ». Ce sont les mots du Premier Ministre, Edouard Philippe, lorsqu’il présente aux français Jean Castex, le Monsieur Déconfinement. Nommé à ce poste au début du mois d’avril, Jean Castex est chargé d’imaginer plusieurs scenarii de déconfinement. Un plan permettant aux français de reprendre le cours de leur vie, petit à petit, dans une France où le coronavirus n’aura pas totalement disparu.

Une légitimité tangible

Costume noir et cravate bleue, c’est ainsi que déambule Jean Castex dans Prades. Une Ville de 6 000 habitants dans laquelle il exerce la fonction de maire depuis 2008. Diplômé de Sciences Po paris et de l’ENA, Jean Castex a un parcours politique bien rempli. Au ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale, il a été directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins. Il devient ensuite directeur du cabinet de Xavier Bertrand, actuel président de la Région Hauts-de-France, lorsque celui-ci était ministre de la Santé et ministre du travail de 2007 à 2008.

Au début de la pandémie de la grippe H1N1, encore appelé virus H5N1 à l’époque, c’est Jean Castex qui fait le premier plan « pandémie ». L’ Organisation Mondiale de la Santé avait alors indiqué que la France était « l’un des pays les mieux préparés au monde ». Cette déclaration renforce la légitimité de Jean Castex : un homme de terrain qui sait agir en temps de crise.

« Politiquement, je suis de droite et je l'assume parfaitement » 

Jean Castex ne cache pas être un homme de droite et proche de Nicolas Sarkozy. Il déclare en 2012, à la sortie d’une réunion de la Cour des Comptes, « politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement ». Il sait aussi se ménager des appuis auprès des élus de La République en Marche. Son nom avait d’ailleurs circulé, fin 2018, pour le poste de ministre de l’Intérieur après le départ de Gérard Collomb. Le choix s’est finalement porté sur Christophe Castaner. 

Conseiller régional du Languedoc-Roussillon de 2010 à 2015, ce père de quatre filles a conservé l’accent du sud et reste attaché à son Gers natal, où il n’avait pas renoncé à passer ses week-ends lorsqu’il était à l’Elysée. Cet ancrage territorial pourrait s’avérer être un « atout maître » pour préparer le déconfinement, estime Xavier Bertrand. Le Président des Hauts-de-France avertit quand même : « Jean Castex n’arrivera pas avec une solution miracle tout de suite. J’espère que tout le monde a compris que les conditions de sortie du confinement se feront aussi en fonction du nombre de masques et de tests ». Des explications que devraient apporter, aujourd’hui, Jean Castex auprès des élus. 

Photo : Ludovic Marin / AFP

Derniers articles