Damien Abad : « Si LREM veut soutenir un certain nombre de nos candidats, c’est leur responsabilité mais pas la nôtre »

(Reading time: 2 - 4 minutes)
Damien_Abad_SIA_2020_Manon_Blangis.jpeg

INTERVIEW - Damien Abad, Président du groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale, soutient qu'il n'y a aucune alliance possible avec la République en Marche lors des élections municipales. Le député était l’invité de Fréquence ESJ, mercredi 26 février, au Salon de l’Agriculture.

 

Les élections municipales ont lieu dans deux semaines et les Républicains comptent bien redorer leur blason dans les communes après les débâcles de l’élection présidentielle et des élections européennes. Pour Damien Abad : « c’est l’élection de la reconstruction, c’est l’élection d’un nouveau départ, c’est l’élection tout simplement de l’ancrage sur le territoire ». Lors des dernières élections municipales en 2014, le bloc de droite dont faisait partie l’UMP, désormais appelé Les Républicains, avait remporté 45,90% des sièges. Réussira-t-elle à les conserver ? Pour Damien Abad, la réponse est oui : « on est confiant parce que sur les villes moyennes, sur les territoires, les Français font confiances à leur maire, à leur élu local et à celles et ceux qui s’engagent au service des autres. Donc on a de bonnes chances de l’emporter ». Le plus important pour le député est maintenant de montrer à la population que Les Républicains est « un parti des territoires ». « On n’est pas hors-sol, on n’est pas déconnecté de la réalité de la vie quotidienne des français. C’est ça l’ADN des Républicains, c’est ça l’ADN de la droite, c'est être une droite des territoires ».

« NOTRE OBJECTIF EST DE RECONQUÉRIR LA CONFIANCE ET LE CŒUR DES FRANÇAIS »

Damien Abad l’assure : une alliance avec La République En Marche (LREM) lors des élections municipales est exclue. Plusieurs marcheurs soutiennent pourtant des listes Républicaines, comme à Toulouse par exemple. « Si La République En Marche veut soutenir un certain nombre de nos candidats, c’est leur responsabilité mais pas la nôtre » explique Damien Abad. Le député dénonce même une « fausse polémique ». « Comme ils (LREM) n’ont personnes sur les territoires, ils sont obligés d’aller faire leur nid dans celui des autres ». Pourtant, dans la ville de Rouen, la liste de Jean-Louis Nouvel, soutenue par le parti présidentiel, est également soutenue par Les Républicains malgré la présence d’une autre liste Divers Droite (anciennement LR) menée par Jean-François Bures. Damien Abad souligne une « situation locale complexe » où il y aurait eu « une division de la fédération qui a pris une position divergente. Mais ce n’est pas une position nationale arbitrée par le siège national ». Le président des républicains à l’Assemblée nationale insiste : « Pour nous, il ne peut pas y avoir d’alliance, parce qu’on ne peut pas combattre au niveau national ce gouvernement actuellement sur les retraites et en même temps se retrouver ensemble ».

Selon un sondage Odoxa pour Le Figaro paru en octobre dernier, 57% des adhérents LR souhaitent une alliance des droites. Une alliance avec le Rassemblement National est pourtant hors de question pour Damien Abad : « Cette alliance est une chimère, cette alliance entraînera la défaite de la droite parlementaire et de la droite française. Cette alliance est contre nature ». « Notre objectif est de reconquérir la confiance et le coeur des français, c'est ça l'enjeu ». 

 Regardez l'émission en vidéo

Photo : Manon Blangis /Fréquence ESJ

Derniers articles