Marcel Campion : « J’ai 15% d’intentions de vote, ce que personne ne dit »

(Reading time: 3 - 5 minutes)
Marcel_Campion_SIA_2020_Manon_Blangis.jpeg

INTERVIEW - Marcel Campion, candidat à la mairie de Paris, a dénoncé un manque de considération des médias envers sa campagne et soutenu un programme climato-sceptique au micro de Fréquence ESJ, mardi 25 février.

 

Le 17 octobre 2018, le forain Marcel Campion annonçait être candidat à la mairie de Paris. Plus d’un an après et maintenant à deux semaines du premier tour des élections municipales, sa voix peine toujours à se faire entendre. Selon lui, la raison est évidente : « Il y a une omerta terrible sur le fait que je me sois présenté. On m’exclut de tous les débats nationaux. Il doit y avoir tous les candidats sauf que je ne suis pas compris dans les candidats ». Pourtant, Marcel Campion assure qu’il aurait « une notoriété connue de 85% des parisiens ». Boudé par les médias, le candidat donne l’exemple de son meeting organisé le 3 octobre dernier, place de la République où « il y avait 1000 personnes qu’avec le bouche à oreille. Pas un seul journaliste n’est venu. Deux jours plus tard, Monsieur Villani avait 80 personnes dans un café, il y avait 350 journalistes ».

Un sondage Odoxa pour le Figaro et CGI sorti le 20 février 2020 présentait Marcel Campion et sa liste « Libérons Paris » avec 2% d’intentions de vote. Une « arnaque » pour le forain qui dénonce des sondages, non pas truqués, mais « organisés » : « on a enlevé des réalités ». C’est pourquoi Marcel Campion a décidé de commander son propre sondage à l’Institut français d’opinion publique (IFOP). Marcel Campion doit en annoncer les résultats demain, mardi 3 mars, en conférence de presse mais le candidat nous les a dévoilés en avant-première : « J’ai 15% d’intentions de vote, ce que personne ne dit ». Marcel Campion assure ne pas avoir influencé le sondage qui ne contiendrait uniquement que des « questions aux parisiens ».

Le réchauffement climatique : « une énorme arnaque mondiale »

Marcel Campion n’évoquera pas l’écologie dans son programme…si ce n’est pour la critiquer. « Il y a un système qui est mis en avant, on dit écologiste, écosystème, éco-ceci, éco, éco… on est surtout con ! ». Pour le candidat, le réchauffement climatique n’existe pas. C’est même une « énorme arnaque mondiale ». Marcel Campion a d’ailleurs ses propres arguments pour le démontrer : « Avant 1975, on nous projetait l’ère glaciaire. On n’arrêtait pas de nous mettre en tête l’ère glaciaire et puis maintenant on est revenu sur le réchauffement climatique. Ça ne vous pose pas de questions tout ça ? ». Pas d’objectif de réduction des déplacements en voitures non plus pour le candidat. « Il y a 2% de vapeurs avec les pots catalytiques qui sont renvoyés » par les pots d’échappement des voitures. Celles-ci ne pollueraient donc plus depuis longtemps selon Marcel Campion, ni pollution, ni particules fines. Le forain dit également adieu, contrairement aux autres candidats, à l’objectif de neutralité carbone fixé par l’Union Européenne et les accords de Paris à 2050. « Qu’on arrête avec la neutralité carbone, vous savez, vous avez eu des tremblements de terre, vous avez eu tout ça, avant qu’il y ait le problème de la voiture et les écolos qui arrivent ». La trottinette, quant à elle n’est plus la bienvenue dans la capitale : « un monde d’abrutis » qui ne sert qu’à causer des accidents pour Marcel Campion.

« Stop à la pollution des cerveaux ! »

Pas d’écologie, pas de morale inutile pour Marcel Campion. « On est en train d’expliquer à un gamin de 5 ans qui est en maternelle qu’il faut sauver la planète. Ils ne prennent pas les gens pour des cons ? » s’interroge-t-il. Une seule conclusion s’impose alors pour le forain : « Stop à la pollution des cerveaux ! ». Pourtant, il n’hésite pas à rappeler qu’il faut avant tout « remettre en valeur » les 2 300 hectares de verdures qui existent déjà dans Paris à l’instar de « Madame Hidalgo qui veut faire des bois et des forêts dans Paris ». Marcel Campion se pose alors une question : « Pourquoi, il y a deux ans, elle a privatisé 25 hectares du bois de Boulogne et elle les a donnés à monsieur Bernard Arnault qui est le plus riche de France et qui en a fait son jardin personnel ? »

Marcel Campion a tout de même un programme bien précis pour briguer la mairie de Paris. Il étudie notamment l’idée d’un second périphérique parisien, souterrain et payant pour désengorger celui déjà existant. Le message est clair : « ceux qui auront les moyens prendront un abonnement ». Autre décision, parmi les premières de son programme, la réouverture des berges parisiennes fermées depuis 2016 par la maire actuelle de Paris, Anne Hidalgo. « Une vaste connerie » selon le forain pour qui le problème de circulation a simplement été déplacé. Pas de programme en revanche pour l’agriculture urbaine à laquelle il ne croit pas. Deux mesures semblent cependant essentielles : la dératisation de la capitale et « renourrir Paris avec des maraichages ». La solution est toute trouvée pour assurer les repas des parisiens et redonner du travail : utiliser les terrains en jachère pour y faire de la culture de fruits et légumes.

 Regardez l'émission en vidéo

Photo : Manon Blangis / Fréquence ESJ

Derniers articles