500 millions d'euros de l'Union européenne annoncés pour les pays et territoires d'outre-mer

(Reading time: 2 - 3 minutes)
UE_-_PTOM.jpg

REPORTAGE - Coorganisé par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et le ministère des Outre-Mer, le 14e comité de suivi sur le partenariat entre l'Union européenne et les Pays et Territoires d’Outre-Mer (UE-PTOM) s’est tenu hier à la Maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris. Le président du Gouvernement de Nouvelle Calédonie Thierry Santa, la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, et plusieurs représentants régionaux, notamment de Tahiti et de Wallis et Futuna, étaient présents.

 

500 millions d’euros : c’est l’enveloppe annoncée lors de ce 14ème Comité de suivi sur le partenariat UE-PTOM à Paris. Une enveloppe pour financer les projets et travaux engagés dans les PTOM. Après une année de négociations, c’est à 14 heures que la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, a ouvert les échanges, en présence de Thierry Santa, Président du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie. Joël Viratelle, directeur de la Maison de la Nouvelle-Calédonie à Paris a également assisté aux discussions. L’objectif de cette rencontre était de faire le bilan de l’année écoulée, coordonner l’action de l’Etat, du gouvernement calédonien et des différents PTOM. Selon Annick Girardin, cette relation avec l’Union Européenne conforte les PTOM en tant que « plateformes de l’Europe dans leur bassin maritime ». Elle souhaite également « développer davantage la coopération régionale » et a reconnu les PTOM comme de véritables « territoires de solutions ».

L'enveloppe est "encore en cours de négociations"

Le ministre de la Culture de Tahiti, Heremoana Maamaatuaiahutapu, n’était pas totalement satisfait de ce partenariat : « Nous allons combattre pour que cette enveloppe soit portée à 669 millions d’euros ». Une somme qui restera donc à négocier lors de la prochaine rencontre à Bruxelles qui aura lieu les 16 et 17 octobre prochain. « 225 millions d’euros attribuées au Groenland et le reste pour les PTOM, cette répartition ne nous semble pas très justifiée ». D’après Cédric Chan Yone, Directeur de Cabinet du Président du Gouvernement calédonien, l’enveloppe « encore en cours de négociation, n’est pas totalement figée ». Un avis partagé par David Vergé, Président de l’Assemblée Territoriale de Wallis et Futuna, qui lui demande également à faire apparaitre Wallis et Futuna comme « le PTOM le moins développé ». Tenant compte des problématiques du pays, cet argent leur permettrait d’axer les travaux en priorité sur les infrastructures, un manque pour ces deux îles. La question de l'enveloppe fera éventuellement partie des sujets traités lors de la Conférence sur les Océans organisée par l’association OCTA (Overseas Countries and Territories Association) qui se tiendra à Bruxelles. La présidence de cette association  reviendra d'ailleurs en 2020 à la Nouvelle-Calédonie. 

 

Photo : La Maison de la Nouvelle-Calédonie

 

Derniers articles