Un partenariat signé entre la Corse et la Nouvelle-Calédonie

(Reading time: 2 - 3 minutes)
Nouvelle_Calédonie_Corse_Signature.jpg

Politique - L’Assemblée de Corse et le Congrès de la Nouvelle-Calédonie se sont réunis vendredi 11 octobre 2019 à Paris et ont ratifié ensemble une convention de partenariat.

 

Il est 15h45 lorsque les deux présidents indépendantistes, Jean-Guy Talamoni pour la Corse et Roch Wamytan pour la Nouvelle-Calédonie, prennent la parole en français à la Maison de la Nouvelle-Calédonie, non loin de l’Opéra Garnier. Sont présents des élus calédoniens dont le président du Rassemblement démocratique océanien, Aloïsio Sako, mais aussi le président de l’Assemblée de la province des îles, Jacques Lalié. Plus étonnant, des indépendantistes catalans sont également au rendez-vous.

Deux discours, un projet commun

Jean-Guy Talamoni, président indépendantiste de l’Assemblée de Corse, commence par évoquer les enjeux écologiques, culturels ou encore politiques de cette convention. Une convention votée le 27 septembre à l’Assemblée de Corse et qui doit servir « à favoriser la coopération et à intensifier les échanges amicaux, administratifs, institutionnels, économiques, culturels et techniques entre la Corse et la Nouvelle-Calédonie » selon le texte. Le discours du chef de file de Corsica Libera se fait sous le regard attentif de son directeur de cabinet Sebastien Quenot. Il soulève la dimension politique du partenariat : « Le droit des peuples à l’autodétermination va être étudié pour faire l’objet de projet commun. »

C’est ensuite au tour de Roch Wamytan de revenir sur les relations entre les deux îles. Il évoque une histoire commune qui rassemble : « Les relations entre le mouvement indépendantiste kanak de Nouvelle-Calédonie et les frères de Corse sont anciennes : chaque année nous sommes invités au Congrès de Corse. ». Cela fait une dizaine d’années qu’une délégation kanak se rend en Corse. Les liens entre les îliens se sont d’autant plus resserrés depuis que les nationalistes corses ont accédé aux responsabilités à la Collectivité Territoriale.

Quand cadeau rime avec Kanak et Corse

Après des paroles riches en fraternité, c’est au tour de la signature. Les deux présidents indépendantistes se dirigent vers une table où la fameuse convention attend leurs sceaux. Sous les applaudissements de l’auditoire, les deux hommes se serrent la main. S’ensuit un échange de cadeaux comme il est de coutume en Nouvelle-Calédonie. La Justification de la révolution corse de 1758, considérée comme le testament de Pascal Paoli, accompagnée de l’Etat de la Corse de James Boswell (1768) sont offerts à Roch Wamytan. L’auteur écossais James Boswell a fait connaître la cause corse par-delà les frontières de la Méditerranée : Jean-Guy Talamoni, souriant, invite les journalistes à l’imiter. Du côté calédonien, Roch Wamytan offre le livre Coutume kanak de Sébastien Lebègue, de quoi faire découvrir la culture kanake aux corses, ainsi qu’une médaille du Congrès.

Les indépendantistes kanaks espèrent désormais une ratification de la convention auprès du Congrès de la Nouvelle-Calédonie, seule ombre au tableau.

 

Photo: Paula Monestié Andreani / Fréquence ESJ

Derniers articles