• Slide FESJ 2015

Erik Tegnér : « Pour sauver la droite, mieux vaut être Marioncompatible plutôt que Macronpatible »

c_1100_500_16777215_00_images_articles_erik_tegnér_-_20h_linvité_-_4_juin_2019_-_photo_bastien_cochet.jpg

#20H, L'INVITE - Président du mouvement Racines d’Avenir et militant chez Les Républicains (LR), Erik Tegnér était l’invité de « 20h l’invité » mardi dernier sur Fréquence ESJ. Il est revenu sur les troubles que traverse sa famille politique, et prône l’union entre LR et le Rassemblement national (RN) afin de sortir de cette crise.

 

Suite au faible score enregistré par Les Républicains lors des élections européennes du 26 mai dernier, le chef de file du parti de droite, Laurent Wauquiez, a décidé de donner sa démission. Cette annonce a provoqué « un petit pincement au cœur » à Erik Tegnér. Ancien candidat à la présidence des Jeunes Républicains, Erik Tegnér était menacé d’exclusion en 2014 en raison de ses positions jugées « trop à droite par certains cadres du parti ». Le président de Racines d’avenir se souvient que Laurent Wauquiez l’avait « défendu avec acharnement ». Selon lui « c’est l’un des plus courageux chez Les Républicains », il ajoute même que la droite « pourra compter sur lui à l’avenir ». Il rappelle que l’ex-patron des Républicains est « l’unique personne à avoir tenté de sauver le parti » après l’échec de la campagne présidentielle. Erik Tegnér souligne enfin que Laurent Wauquiez a été « plébiscité comme chef de parti, par les militants, avec plus de 70% des voix lors des élections internes ».

Ce qui a causé la défaite de la droite aux élections européennes selon le président de Racine d’Avenir, c’est « l’incohérence de la liste ». D’après lui « 17% des militants se sont tourné vers le Rassemblement national car ils se sont rendu compte qu’avec la liste LR ils votaient en réalité pour des centristes ». Pour Erik Tegnér, le choix de François Xavier Bellamy comme tête de liste était « judicieux », mais « on ne peut pas l’associer à une Agnès Evren et un Hervé Morin qui transpirent le fédéralisme européen et qui font trop de concessions à la gauche ». Le militant LR affirme également que cette « incohérence » se retrouve plus globalement dans tout le parti : « Gérard Larcher, Christian Estrosi et Valérie Pécresse prônent l’unité avec le centre (…) ils devraient s’encarter à La République En Marche. » Message entendu ou non, Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, a annoncé sa démission des Républicains hier.

« Bruno Retailleau serait le meilleur successeur à Laurent Wauquiez »

Le constat d’Erik Tegnér est cinglant : « Les Républicains peuvent disparaître d’ici deux ans dans ce nouveau paysage politique ». Cependant l’ancien candidat à la présidence des Jeunes du parti estime que « la priorité est de sauver les valeurs de la droite ». Il rejette toute forme d’alliance avec les centristes : « Le Modem a quasiment fusionné avec LREM, et l’UDI ne cesse de tendre la main à la majorité ». Pour Erik Tegnér, le président de la République Emmanuel Macron est « indétrônable sur son créneau, par conséquent se tourner vers le centre, c’est se tourner vers lui ». Le fondateur du mouvement Racines d’Avenir souhaite voir émerger « une nouvelle droite souverainiste, conservatrice et libérale ». Même s’il estime que « la question de la présidence des Républicains demeure complexe à l’heure actuelle », Erik Tegnér déclare qu’à ses yeux « Bruno Retailleau serait le meilleur successeur à Laurent Wauquiez ». Il « incarne » selon lui « les valeurs d’une droite traditionnelle, libérale et surtout identitaire » qui peut se coordonner avec le RN « pour ouvrir les possibilités d’une grande droite souverainiste ».

« Marion Maréchal pourrait devenir un pont entre LR et le RN »

Le fondateur du mouvement Racines d’Avenir l'affirme : « Les Républicains doivent reconfigurer leurs alliances afin de récupérer leurs électeurs partis vers le Rassemblement national ». Erik Tegnér est persuadé que « cette ligne plus dure est recherchée par les militants LR ». Certes il convient que la « marque Le Pen » peut être perçue comme « un repoussoir », mais il martèle que « des changements idéologiques ont eu lieu », notamment à propos de l’Union Européenne ou de la monnaie commune, l’euro. Après la démission de Laurent Wauquiez, Marion Maréchal, la nièce de la présidente du RN a pris la parole sur LCI après plusieurs mois de silence médiatique. Erik Tegnér y voit là « un espoir pour la droite ». Pour lui Marion Maréchal « parlait comme une présidente des Républicains ». Il insiste sur le fait qu’il la considère comme « le pont qui se dessinera à l’avenir entre LR et le RN ».

REGARDEZ L'ÉMISSION EN VIDÉO

Photo : Bastien Cochet / Fréquence ESJ

 

 

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos