• Slide FESJ 2015

Julien Odoul : « Les propositions d’Emmanuel Macron sont tout simplement indécentes »

c_1100_500_16777215_00_images_articles_julien_odoul_-_20h_linvité.jpg

INTERVIEW - Julien Odoul, président du groupe Rassemblement National au conseil régional de Bourgogne-Franche Comté est intervenu lors de « 20h, l’invité » mardi dernier. Le membre du Bureau National du Rassemblement National a exprimé ses désaccords et son indignation concernant les annonces du Président Emmanuel Macron qui ont fuitées dans la presse après l’annulation de son allocution suite à l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

 

Avant d’être confirmées et précisées aujourd’hui lors de la première conférence de presse du quinquennat d’Emmanuel Macron, les rumeurs de ses annonces avaient déjà fait beaucoup réagir le monde politique. Pour Julien Odoul, ces annonces sont scandaleuses et totalement en décalage avec le soulèvement de la population française par le biais des gilets jaunes depuis maintenant six mois. Pour le membre du Bureau National du RN, « les propositions du Président sont indécentes, elles traduisent une déconnexion du gouvernement qui n’entend rien de ce qu’il se passe dans le pays ». Selon lui, Emmanuel Macron ne fait que proposer plus d’impôts, plus de taxes et propose des mesures insuffisantes. Autre point de discorde entre l’élu du Rassemblement national et la politique du Président de la République, c’est la question de la suppression de l’ENA. Ce serait « une mesure gadget » pour Julien Odoul, car il n’y a pas de problème systémique avec l’École Nationale d’Administration, mais un problème avec son « esprit », ce qu’il nomme « l’ENArchie ». Selon le conseiller régional, la France a besoin de ses élites, mais elles doivent servir exclusivement l’État régalien et la nation. Cependant la question de l’ENA n’est pas primordiale pour Julien Odoul puisqu’il estime que « cela n’améliorera pas  directement le quotidien des neuf millions de pauvres en France. »

« Est-ce que les Français sont des enfants ? Ne peuvent-ils pas s’exprimer sur des grands sujets nationaux ? »

L’un des autres motifs d’indignation de Julien Odoul est l’annonce du maintien de la suppression de l’Impôt de Solidarité sur la Fortune. Mesure phare d’Emmanuel Macron et éminemment impopulaire auprès du mouvement des Gilets Jaunes, le chef de l’État semble inflexible sur ce point. Le seul moyen de remettre en cause cette décision serait presque d’instaurer le Référendum d’Initiative Citoyenne et d’organiser un vote autour de cette question. Cette réforme n’est elle non plus pas envisagée par le Président de la République, en tout cas à l’échelle nationale, alors que pour Julien Odoul « Le RIC fonctionne très bien en Suisse, qui est une grande démocratie, alors pourquoi le cantonner à une échelle locale ? ». Le conseiller départemental estime que les Français sont tout à fait en mesure de se questionner sur ces sujets et qu’il faut encadrer cette pratique car elle est essentielle pour la vie de la démocratie en France. « Est-ce que les Français sont des enfants ? Ne peuvent-ils pas s’exprimer sur des grands sujets nationaux ? » s’indigne-t-il, en rappelant que Marine Le Pen proposait une mesure similaire lors de sa campagne présidentielle de 2017. Questionné sur le risque de détricoter inlassablement des lois impopulaires pour une partie de la population comme l’abolition de la peine de mort ou le mariage pour tous, Julien Odoul rétorque que « le peuple a toujours raison » et que ces débats sont « le cadet des soucis des Français. Leurs priorités sont les fins de mois difficiles, le chômage, l’insécurité et l’immigration. »

Le membre du Bureau National du Rassemblement National conclut en regrettant la peur des élites concernant l’expression de la volonté populaire, pointant le Grand Débat National comme « une escroquerie de consultation ».

Photo DR

 

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos