Sonia Krimi : "Emmanuel Macron annoncera les premières mesures (suite au grand débat national) au début de la semaine prochaine »

(Reading time: 2 - 4 minutes)
c_1100_500_16777215_00_images_articles_sonia_krimi_-_20h_linvité_-_photo_lucas_pierre.jpg

INTERVIEW/VIDEO - La députée La République En Marche de la quatrième circonscription de la Manche Sonia Krimi était l’invitée de « 20h, l’invité », sur Fréquence ESJ, mardi 9 avril. La jeune députée est notamment revenue sur les prochaines annonces du Président de la République Emmanuel Macron suite à la restitution du grand débat national. Des annonces qui devraient commencer dès la semaine prochaine.

 

Après la restitution du grand débat national, organisée au Grand Palais le 8 avril dernier, Sonia Krimi se veut plutôt optimiste : « [Ce grand débat national], c’est une prise de conscience de l’exécutif, une accélération de ce processus ». Si aucune annonce n’a été encore faite par le gouvernement, la députée La République En Marche souligne que les événements devraient s’accélérer dans les jours à venir : « C’est Emmanuel Macron, le président de la République, qui fera les premières annonces, en début de semaine prochaine, normalement » explique Sonia Krimi, avant d’ajouter : « Je n’ai pas plus d’informations. Une fois ces premières mesures présentées, elles seront soumises très rapidement au vote du parlement. »

« On ne reviendra pas sur l’ISF »

Si le grand débat national était organisé autour des thèmes de la fiscalité, de la transition écologique, de l’organisation de l’Etat et des services publics, ainsi qu’autour de la démocratie et de la citoyenneté, les premieres mesures d’Emmanuel Macron porteront sur la fiscalité et l’organisation de l’Etat : « Je ne suis pas dans la tête d’Emmanuel Macron (…) mais je sais qu’il y aura quelques annonces liées à la fiscalité, mais également à la relation entre l’Etat et les départements, les régions, les communautés d’agglomération, etc… » explique Sonia Krimi avant de détailler : « Le but sera de décentraliser. (…) Il y a une demande sur ce point, qui ne date pas d’aujourd’hui. On va juste accélérer les choses. »

Sur le thème de l’écologie, la députée LREM reste vague sur la démarche du gouvernement. Si aucune mesure ne sera présentée très prochainement, elle promet une nouvelle réflection autour de la transition écologique : « C’est pas qu’il n’y a pas d’annonces. Le Premier ministre l’a redit mardi après-midi. Il a précisé que sur l’écologie, les Français n’étaient pas climatosceptiques. (…) En terme de mesure, ça veut dire qu’il faut arrêter avec l’écologie punitive. Quand nous avons touché au diesel [avec la taxe carbone], on a touché à la capacité de déplacement, à cette liberté de se déplacer. Les Français aujourd’hui, ils ne comprennent pas pourquoi le Kérosène des avions n’est pas taxé. Ils ne comprennent pas pourquoi on laisse la main à de grandes entreprises », sous entendant ainsi qu’une politique plus punitive devait être mise en place à l’encontre de certaines entreprises. En revanche, pas question de revenir sur l’ISF pour la députée de la 4e circonscription de la Manche : « On ne reviendra pas dessus » annonce-t-elle, ajoutant que le débat autour de cet impôt est pollué par les « fake news » : « Souvent, on dit qu’appauvrir les riches ne rend pas plus riches les pauvres. Pour moi, l’ISF, c’était une erreur de le faire dès le départ. Ca ne sert à rien de stresser le marché une nouvelle fois. On a pas besoin que les gens partent pour le moment. Je suis pour que les riches restent chez nous et investissent dans l’économie. » Seul espoir pour une partie des Gilets Jaunes, la possible mise en place du RIC, conclut Sonia Krimi : « Le RIC, c’est en cours. Il y a des discutions dessus actuellement. Après, c’est très dur de le mettre en place avec les conditions que nous avons aujourd’hui. Moi je ne suis pas contre, mais cela dépend de qui vote et comment ».

Photo : Lucas Pierre/Fréquence ESJ

 

Derniers articles