• Slide FESJ 2015

Brice Hortefeux sur Emmanuel Macron : « Quand on est au pouvoir, on est responsable »

c_1100_500_16777215_00_images_articles_brice_hortefeux_-_sia_2019_-_photo_benjamin_poulin.jpg

INTERVIEW/VIDEO - Le député européen Les Républicains Brice Hortefeux était sur le plateau d’À Travers Champs à l’occasion du Salon International de l’Agriculture 2019, le mardi 26 février. Concernant le mouvement des gilets jaunes, l'ancien ministre de l'Intérieur dénonce l'entière responsabilité du président de la République Emmanuel Macron.

 

Le 17 novembre, date de la première manifestation, les gilets jaunes avaient entraîné avec eux tous les partis d’opposition, dont Les Républicains. Brice Hortefeux dit alors soutenir et « partager leurs préoccupations à l’égard du ras-le-bol fiscal ». Il justifie son soutien au mouvement par le fait que la France est le premier pays au monde pour le poids des impôts, des cotisations et des taxes, des faits qu’ont exprimés les gilets jaunes, avant d’évoluer vers une autre forme de manifestation. Selon Brice Hortefeux, le gouvernement a ses responsabilités dans cette affaire : « c’est eux qui ont annoncé la hausse de la CSG, c’est eux qui ont annoncé la non-indexation des retraites sur les salaires, l’évolution de la fiscalité sur l’essence et le diesel, c’est eux qui ont annoncé cette ribambelle de menaces qui pesait sur nos concitoyens ». Mais ce qui aurait mis le feu aux poudres, c’est cette décision, selon le député européen, d’imposer unilatéralement les 80km/h : « le fait que ce soit une mesure, qui ait été imposée, sans la moindre discussion, sans la moindre étude sérieuse préalable, ça a contribué à ce sentiment qu’il y avait une volonté de n’écouter personne ».

« Les pouvoirs publics doivent prendre conscience que parfois les subventions mettent beaucoup trop de temps à arriver »

Qui dit Salon de l’agriculture, dit pesticides, et qui dit pesticides dit glyphosate…, l’exemple d’un naufrage pour Brice Hortefeux. Naufrage conduit par Emmanuel Macron, qui en voulant imposer l’interdiction du glyphosate d’ici trois ans, s’est « ramassé une claque ». Pour le député européen LR, le Président « s’avance avec beaucoup d’arrogance, résultat, ses avancées aboutissent à des reculs » Selon lui, le délai retenu par l’Europe, à savoir cinq ans, est un délai minimum. Les agriculteurs sont au centre de la tourmente, mais se sentent pourtant seuls, abandonnés à leur sort et là encore l’état à sa part de responsabilité : « les pouvoirs publics doivent prendre conscience que parfois les subventions mettent beaucoup trop de temps à arriver ». Tout en s’incluant dans les pouvoirs publics, Brice Hortefeux tente de se distinguer des autres « on a mis en place une équipe Auvergne-Rhônes-Alpes de 16 personnes pour combler les retards dans les versements des subventions ». Des défis que le gouvernement doit impérativement relever d’après Brice Hortefeux, précisant tout de même qu’il ferait bien de s’appuyer aussi sur la politique régionale.

REGARDEZ L'ÉMISSION EN VIDÉO

 

Photo Benjamin Poulin

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos