Vincent Jeanbrun : « Etre à la hauteur des enjeux maintenant, c’est être capable de proposer un grand plan Marshall des quartiers »

(Reading time: 2 - 3 minutes)
c_1100_500_16777215_00_images_articles_vincent_jeanbrun_-_20h_linvité.jpg

INTERVIEW - Vincent Jeanbrun, maire Les Républicains de la commune de L'haÿ-les-Roses dans le Val-de-Marne (94), était l’invité de « 20h, l’invité » mardi dernier. L’élu, également conseiller régional, est revenu sur le cinquième grand débat en présence d’Emmanuel Macron, lundi 4 février 2019.

 

300 élus étaient réunis lundi dernier à Evry-Courcouronnes, dans l’Essonne (91), dans le cadre du grand débat national, en présence du président de la République. Pendant plusieurs heures, Emmanuel Macron a échangé avec les maires d’Ile-de-France. Une prestation soulignée par Vincent Jeanbrun : « Le président de la République a un grande endurance. (…) Il sait également faire preuve d’une grande écoute, ce qui est quand même important alors que ces derniers mois, tout le monde lui reprochait d’être très distant, notamment des corps intermédiaires et notamment des maires. » Interrogé sur les difficultés des banlieues, le président est resté trop évasif lors de ses réponses, indique le conseiller régional. Pour Vincent Jeanbrun, Emmanuel Macron doit au plus vite, présenter un nouveau plan pour les quartiers les plus défavorisés : « Etre à la hauteur des enjeux maintenant, c’est être capable de proposer un grand plan banlieue, un grand plan Marshall des quartiers. C’est en tout cas ce que je lui ai proposé et lorsqu’il m’a répondu, il m’a dit : « Chiche Monsieur le Maire ». Donc je rebondirai sur ce chiche et je me permettrai de lui écrire dès cette semaine pour lui proposer de mettre en place un groupe de travail de maires de banlieue. »

« la banlieue, c’est un tout, c’est un territoire, mais c’est d’abord et avant tout, des habitants. »

« Je l’invite, ce président de la République, à s’entourer de maires pour construire ce grand plan banlieue. Si c’est pour nous proposer (…) un nouveau plan banlieue qui survole les sujets, ça ne va pas servir à grand chose et souvent, ça coute très très cher » explique le maire de Laÿ-les-Roses. Comme de nombreux élus, Vincent Jeanbrun s’inquiète des choix que le gouvernement pourrait adopter dans les prochains mois, expliquant que ce dernier « ne pourra pas satisfaire tout le monde.» L’Etat va donc devoir être à la hauteur des attentes des maires, et des habitants des quartiers les plus défavorisés souligne le maire de Laÿ-les-roses : « La banlieue, c’est un tout, c’est un territoire, c’est des bâtiments, des barres, des tours … mais c’et d’abord et avant tout, des habitants. Des habitants qui font fassent à beaucoup de difficultés. » Auquel cas, « j’ai peur que des quartiers entier quittent le giron de la République » conclut Vincent Jeanbrun.

Photo DR

Derniers articles