Marie Pochon : « pour nous protéger et pour agir pour la planète, ce qu’il faut, c’est établir un rapport de force »

(Reading time: 2 - 3 minutes)
c_1100_500_16777215_00_images_articles_marie_pochon_-_20h_linvité.jpg

INTERVIEW - La coordinatrice générale de l’association environnementale « Notre Affaire à Tous », Marie Pochon, était l’une des invités de « 20h, l’invité », mardi 29 janvier. La jeune femme est notamment revenue sur la mobilisation des dernières marches pour le climat.

 

Ils étaient des milliers à se réunir partout en France, le week-end dernier pour défiler en faveur du climat. Des milliers de Français dans la rue pour alerter le gouvernement face à l’urgence climatique: « Ce n'était pas un appel qui venait des organisations cette fois-ci, mais des collectifs citoyens pour le climat, qui était soutenu un peu partout en France par des collectifs associatifs comme Alternatiba» nous explique Marie Pochon, coordinatrice générale de l’association « Notre Affaire à Tous ». Pour la jeune femme, ces marches montrent la prise de conscience des populations : « ça fait longtemps que les citoyens sont sensibilisés, que ce soit par les petits gestes ou par la sensibilisation et l’action individuelle. Ce sont des choses que la plupart des gens ont déjà engagé un peu partout. Aujourd’hui, (…) les associations sont dépassées par les citoyens, notamment dans le cadre de l’affaire du siècle. En réalité, ce sont ces mouvements citoyens la qui portent la mobilisation, qui nous dépassent et temps mieux» se félicite Marie pochon, avant d’ajouter : « L’objectif, c’est que l’Etat agisse et nous protège et ce que l’on constate, c’est qu’il y a une incapacité des dirigeants à opérer les actes nécessaires, (…) à prendre la mesure des actions qui sont nécessaires pour nous protéger et pour agir pour la planète. Et donc ce qu’il faut, c’est établir un rapport de force. »

« On peut voir des petites avancées et des petites mesurettes qui vont dans le bon sens mais en réalité, il faut un changement globale »

« Ce que l’on constate, c’est que les Etats (…) et notamment la France, ne respectent même pas les engagements qui sont déjà trop bas » assure la coordinatrice générale de l’association. Pour les y forcer, la jeune femme compte notamment sur la mobilisation de la jeunesse : « La jeunesse à un grand rôle à jouer et je pense qu’elle se saisit déjà de ce rôle. (…) Parce qu’ils (les jeunes) ont vraiment une vraie peur par rapport à leur avenir et face à l’inaction (des Etats) qu’on constate. Ce que l’on voit dans le monde, ce sont des mouvements de jeunesse qui se lèvent » souligne-t-elle. Avec ces marches, Marie Pochon espère un changement rapide des politiques environnementales des gouvernements : « On peut voir des petites avancées et des petites mesurettes qui vont dans le bon sens mais en réalité, il faut un changement globale et il faut un changement d’envergure qu’on attend, et qu’on appelle de nos voeux; que toutes ces marches et mobilisations appellent de leurs voeux. »

Photo DR

Derniers articles