• Slide FESJ 2015

Béatrice Piron : « Nous ne sommes pas là pour effrayer les Français »

c_1100_500_16777215_00_images_articles_béatrice_piron_-_20h_linvité_-_photo_lucas_pierre.jpg

INTERVIEW/VIDEO - La députée La République En Marche de la troisième circonscription des Yvelines Béatrice Piron était l’invitée politique de « 20h, l’invité » mardi 20 novembre. L’occasion de revenir sur le mouvement des gilets jaunes et sur les différentes réformes récemment menées par le gouvernement.

 

Quasiment une semaine après le début du mouvement des gilets jaunes un peu partout en France, la colère de nombreux Français ne disparaît pas. En cause, la hausse des taxes sur les carburants. Si le prix de l’essence a augmenté à la pompe, ce n’est certainement pas à cause de l’État affirme Béatrice Piron : « Le fait que le [prix du] carburant augmente, on en est pas responsable. C’est simplement qu’aujourd’hui on est un pays très dépendant de notre approvisionnement en pétrole de pays étrangers et on le subit. » La députée La République En Marche de la troisième circonscription des Yvelines préfère souligner les mesures prises par l’État pour aider les Français : « Nous avons proposé d’avoir des bonus, des primes lors de l’achat d’un véhicule plus écologique. Si vous remplacez même un véhicule ancien par un véhicule d’occasion, qu’il soit électrique, hybride ou ne serait-ce que moins pollueur, vous bénéficiez d’aides de l’État qu’il faut financer. » Et si ces hausses de taxes serviront à financer certaines aides, elles serviront aussi à remplir les caisses de l’État, avoue à demi-mot la députée : « Je pense que ce n’est pas l’objectif. Mais ça permettra peut-être de combler d’autres choses. »

Béatrice Piron : « Le gouvernement investi tout ce qu’il peut »

Décriée par une partie du corps enseignant, la réforme de l’éducation prévoit de supprimer 1800 postes. Un chiffre à nuancer d’après Béatrice Piron : « Il y a des augmentations de postes sur le premier degré, il y a des démissions de postes sur le second degré » explique-t-elle, avant d’ajouter : « Il y a des postes administratifs et des postes enseignants qui sont supprimés. Il n’y a pas que des postes d'enseignants supprimés parce qu’il y a aussi des simplifications de procédures, il y a aussi de la numérisation. » Au total, 2650 emplois dans le secondaire vont être supprimés. 400 le seront également dans l’administration et 550 postes disparaîtront dans les établissements privés. En parallèle, 1 900 emplois dans le primaire seront crées. « Le gouvernement investi tout ce qu’il peut » déclare la députée.

Malgré l’actualité, Béatrice Piron se veut positive à l’égard des élections européennes de mai 2019 : « Il y a beaucoup d’espoir aujourd’hui en Europe. Il y a de la paix en Europe, depuis de longues années et je crois que c’est important de continuer dans cette voie pour préserver justement tout ce qui a déjà été fait en Europe et poursuivre et améliorer l’Europe. » Mais pas question pour elle de voir Marlène Schiappa - Secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes et pressentie pour participer aux élections européennes - de devenir une tête de liste : « Je trouve qu’elle est bien à son poste de secrétaire d’État et je pense qu’il ne faut pas utiliser toujours les mêmes.» « Je crois qu’il ne faut pas faire comme les autres partis anciens font. Donc moi je ne suis pas pour encourager le recyclage » explique Béatrice Piron, avant d’ajouter : « Aujourd’hui, nous ne sommes pas là pour effrayer les Français, mais pour les rassurer. »

Regardez l'émission en vidéo

 

Photo : Lucas Pierre/Fréquence ESJ

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos