« Valls se conduit comme un abruti, son attitude va pousser encore plus les gens à descendre dans la rue ! »

La manifestation contre la Loi Travail à Paris

MANIFESTATIONS – Interrogé hier matin par Jean-Jacques Bourdin, le Premier ministre Manuel Valls a martelé avec fermeté que le gouvernement ne plierait pas. Malgré la sortie de Michel Sapin, ministre des finances sur LCP, l’article 2 ne sera pas revu.

 

14h00, jeudi 26 mai, la place de la Bastille se remplit peu à peu. Camions, ballons, musique, l’ambiance est calme, presque festive malgré le contexte. Les Français ont bien entendu le message et la foule est dense au départ de la manifestation. Les banderoles scandent le même message depuis maintenant 3 mois mais la solidarité s’organise. À plusieurs endroits du parcours des urnes sont tendues aux manifestants pour collecter de l’argent pour soutenir les grévistes. Un couple de retraité se tient posté sur le côté, ils sont tous deux bariolés de stickers de contestation : « Il faut arrêter de dire que la CGT est minoritaire dans ce combat ! Regardez, ils sont tous là, on est tous là ! »  

Quand on demande aux gens ce qu’ils pensent de l’attitude du gouvernement dans cette grève ils sont unanimes : le gouvernement n’apporte pas la bonne réponse. Les Français présents cet après-midi n’attendent pas de nouvelles négociations mais le retrait pur et simple de la Loi Travail. La manifestation se déroule dans le calme jusqu’à la place de la Nation. Les forces de l’ordre ont entièrement bloqué cette place, aucune issue. Des débordements éclatent alors que des petits groupes de manifestants prennent les CRS à partie. Ils répondent à grands coups de gaz lacrymogène et de grenades dispersantes. Un peu plus loin un orchestre joue de la musique et des gens dansent. Deux ambiances sur une place survoltée.

Les périodes de calme alternent avec les charges de CRS qui se font sous les huées : « Cassez-vous » scande la foule. À 17h, après plusieurs jets de pierres contre eux, les gendarmes mobiles chargent dans tous les sens. La place est couverte d’une épaisse fumée et des restes de projectiles pleuvent sur eux mais les manifestants restent vaillants. Le calme revient… jusqu’à la prochaine charge.

Photo : Fréquence ESJ/Lucile Huguet

Derniers articles

Dernières vidéos