• Slide FESJ 2015
  • 20h, l'invité
  • L'hebdo sports

Robin Reda (UMP) : le FN « n’apporte aucune solution concrète aux problèmes que se posent les citoyens »

robin reda FESJ 2015

#20H, L'INVITE/VIDEO - Robin Reda, maire de Juvisy-sur-Orge dans l'Essonne, était l'invité de Fréquence ESJ mardi 24 mars. Symbole d'une nouvelle génération d'élus, le plus jeune maire de France a tenu à exprimer sa solidarité envers son adjointe pourtant au coeur d'une polémique et de mettre l'accent sur l'importance de la cohérence en politique, une notion nécessaire pour regagner le cœur de l'électorat.

Robin Reda le sait, les Tweets de son adjointe Isabelle Guinot ont créé la polémique. Mais le jeune maire UMP veut être clair : « je ne condamne ni les propos de mon adjointe, ni mon adjointe, mais la discussion où cette conversation a eu lieu » et de soutenir qu'il y a « un bilan à critiquer, une politique pénale que la ministre de l’Intérieur doit assumer ».

Malgré les 29,7% réalisés par l'alliance UMP-UDI lors du premier tour des départementales, la lutte contre l'abstention est encore loin d'être gagnée. Dimanche, 49,3% des inscrits sur les listes électorales ne se sont pas déplacés. « Lorsque je regarde la liste électorale, je remarque que de nombreux jeunes de moins de 30 ans ne sont pas venus voter » souligne le secrétaire national de l'UMP aux jeunes élus, avant d’ajouter « on ne peut jamais se satisfaire de l'abstention même si la participation est meilleure qu'estimée » 

Le jeune maire y voit notamment le résultat d'un manque de cohérence du gouvernement : « Il y a eu une sorte de flou qui a été entretenu par le gouvernement sur les départements sur leurs compétences, mais aussi sur leur existence. Pendant quelques temps, on a entendu le gouvernement expliquer qu'il fallait les supprimer parce qu'ils étaient la cause de tous les maux dans l'organisation des territoires, et puis on a organisé des départementales comme si de rien n'était. »

Bien plus que l'abstention, c'est le flou entretenu par le gouvernement autour des futures compétences du département que fustige le maire de Juvisy-sur-Orge. En effet, ces dernières n'ont toujours pas été votées par l'Assemblée nationale. Un élément possiblement néfaste pour l'administration de cette collectivité territoriale. « On se présentait avec une connaissance du territoire mais avec une méconnaissance de ce que l'on allait pouvoir faire pour les habitants [...] On fait des promesses que l'on aura du mal à tenir parce que l'on n'aura pas forcément la compétence. » explique Robin Reda.

Cette exigence de fond, de réflexion, l’élu l'a également vis-à-vis de son propre parti : l'UMP. Au moment d'évoquer la rivalité Nicolas Sarkozy-Alain Juppé dont le point d'orgue devrait être la primaire de 2016, ce dernier voit la confrontation entre les deux ténors d'un œil  optimiste : « nous allons avoir à gérer des caractères et des tempéraments qui sont forts et tant mieux ! Il y a  toujours  eu des affrontements de chefs dans l'histoire politique française. » avant de conclure que « si Nicolas Sarkozy se nourrit de l'expérience d'Alain Juppé, ça peut nous être profitable à tous ».

Si Robin Reda souhaite une primaire ouverte aux électeurs de droite et du centre, l'élu se montre toutefois réservé en ce qui concerne la présence de François Bayrou, le président du MoDem, à cette échéance : « je voudrais que François Bayrou clarifie sa position, nous dise qui il est. Sa position vis-à-vis de la gauche est pour le moins ambivalente. »

De même, le maire de Juvisy-sur-Orge tient à prendre clairement ses distances avec le Front national, un parti dont « les actes n'apportent pas un gage de respect des valeurs de la République ». A seulement 23 ans, le jeune homme diplômé de Science-Po Paris affirme sévèrement que le Front National « n’apporte aucune solution concrète aux problèmes que se posent les citoyens ».

Ecoutez ou réécoutez l'émission

Photo Fréquence ESJ/Arthur Perrot

Derniers articles

Dernières vidéos