• Slide FESJ 2015
  • 20h, l'invité
  • L'hebdo sports

Gaëtan Dussausaye (FNJ) renvoie "toutou Hollande et toutou Macron" aux pieds de leur "maître Bruxelles"

gaetan dussausaye fnj 20hlinvite 2015

Gaëtan Dussausaye, Directeur national du Front National de la Jeunesse (FNJ) était mardi soir l’invité de l’émission « 20h, l’invité » sur Fréquence ESJ. Le nouveau visage des jeunes frontistes en a profité pour s’attaquer à la politique budgétaire engagée entre la France et Bruxelles. Le jeune responsable s'est également exprimé sur le coup de colère de Manuel Valls, mardi à l'Assemblée, lors des questions au gouvernement.

Bruxelles a officiellement accordé mardi, deux ans supplémentaires à la France pour ramener son déficit public sous la barre des 3 %. Initialement chiffré à 4,4%, le déficit public sur le PIB de 2014 risquait de faire l'objet d'une sanction de la part de l'Eurozone. Gaëtan Dussausaye juge malgré tout que ce n’est pas suffisant et ajoute « De toute manière ce délai supplémentaire qui a été accordé par Bruxelles, c’est le petit susucre accordé au toutou Hollande et au toutou Macron qui ont finalement obéit à leur maitre Bruxelles en faisant passer de force la loi Macron. » L'année dernière Julien Rochedy, alors Directeur National du FNJ comparait déjà Hollande et Valls à "des petits kapos de Bruxelles". Et quand on lui demande s'il partage l'opinion de Mario Dragui qui juge que l'UE est beaucoup trop souple avec la France, le Directeur du FNJ répond : «Qu'il ose la sanctionner. Qu'il ose faire ça et il entendra le peuple de France gronder. Il entendra le peuple de France amener des partis souverainistes, Euroseptiques, parce que Francophiles, aux responsabilités dans les départements dans les régions et surtout à la présidence de la République."

« J’ai peur pour le coeur de Manuel Valls. Encore faudrait-il qu’il en ai un »

Mardi après-midi Manuel Valls a réaffirmé à l’Assemblée Nationale sa détermination à poursuivre la ligne anti-FN. Le Premier Ministre a vivement réagi après l'interpellation de Marion Maréchal Le Pen, députée FN du Vaucluse, qui l’accusait de « mépris crétin ». « Moi il m’inquiète beaucoup ce Valls », affirme Gaëtan Dussausaye. « Non seulement parce qu’il déborde de haine mais aussi à s’exciter comme ça à la moindre occasion dès qu’il entend parler de Front National, moi j’ai peur pour son cœur. Encore faudrait-il qu’il en ai un, ça j’en suis pas encore certain » ironise le candidat aux élections départementales dans le canton de Brétigny-sur-Orge.

« Amateurisme complet du gouvernement »

Les 22 et 29 mars prochains, les Français devront élire leurs représentants, un binôme mixte d'élus, au sein des Conseils départementaux. Des élections départementales, qui fonctionnent désormais avec un nouveau mode de scrutin institué par la Loi du 17 mai 2013 permettant la parité dans chaque canton. Une prochaine échéance qui occupe le centre des attentions du gouvernement. Mais le Directeur national du FNJ estime que : « Quand on est premier ministre en France je crois qu’on a d’autre responsabilité que faire des campagnes militantes et des campagnes partisanes comme il le fait. » Manuel Valls de son côté, a dénoncé que la politique engagée par le Front National « mènerait le pays à la ruine ». Pour Gaëtan Dussausaye, le constat est tout autre : « La réalité et la vérité s’annonce très clairement aux yeux des français et Manuel Valls ce qui l’intéresse ce n’est pas de lutter contre le chômage, ce n'est pas de lutter contre la précarité" martèle le militant avant de poursuivre «Ce n’est pas de lutter non plus contre le communautarisme, la seule chose qui l’intéresse c’est de lutter contre le Front National. Ça les français, ils s’en souviendront. »  

Photo Fréquence ESJ/Arthur Perrot

Derniers articles

Dernières vidéos