• Slide FESJ 2015
  • 20h, l'invité
  • L'hebdo sports

Rosalie Salaün : "Il y a des cons partout, y compris chez les Verts"

rosalie salaun

Invitée de Fréquence ESJ, la porte-parole des Jeunes Ecologistes a commenté mardi soir les réformes engagées par le président de la République depuis son élection ainsi que le phénomène de l’abstention. Fustigeant le manque de dynamisme de la classe politique actuelle, elle ne s’est pas non plus montrée tendre avec EELV.

Cash, et souvent clash. Rosalie Salaün n’a pas la langue dans sa poche. Critiquant tour à tour les orientations économiques de François Hollande et le "manque de courage politique" de Ségolène Royal sur la question du nucléaire, la porte-parole des jeunes écolos, invitée mardi soir de Fréquence ESJ, s’est livrée à un véritable abattage en règle. Manuel Valls ? Un "Sarkozy de gauche", tacle ainsi la native de Brest.

Interrogée sur l’influence de la personnalité de l’actuel Premier ministre dans la politique menée depuis deux ans par le gouvernement, Rosalie Salaün a tenu à répondre sans ambages, tout en se permettant de tacler à la gorge sa propre famille politique, Europe Ecologie les Verts (EELV). "Les personnalités on en fait ce qu’on veut. Il y a des cons partout, y compris chez les Verts" a-t-elle estimé. Une phrase pour le moins abrupte de la part de la jeune responsable associative, qui reflète toutefois sa préoccupation dans le débat politique aujourd’hui: les individus et leur personnalité prennent trop souvent le pas sur les idées, ce qui provoque un blocage du système démocratique, sclérosé par les querelles d’ego.

"Est-ce que les gens n'ont pas le droit de s’en foutre un petit peu?"

Plus étonnante encore, sa vision très personnelle du problème de l’abstention aux élections départementales et régionales qui se profilent. Alors qu'en 2010, plus de 50% des inscrits sur les listes électorales n’étaient pas allés voter, Rosalie Salün se demande s’il "faut vraiment remobiliser les gens vers les urnes". "Est-ce qu’après tout, les gens n’ont pas le droit de s’en foutre un petit peu, s’interroge la porte-parole des Jeunes Ecologistes. Il ne faut pas culpabiliser les abstentionnistes qui ne vont pas voter mais qui s’engagent quand même énormément au quotidien en dehors du fait de mettre leur bulletin dans l’urne".

L’abstention serait donc, d’après elle, un faux problème. Rosalie Salün voit d’ailleurs une autre priorité pour les Ecologistes dans les mois qui viennent. "La question ce n'est pas 'faut-il lutter contre l’abstention', même si ça fait partie du problème, la question c’est plutôt 'est-ce que les Verts vont être capable de porter un projet sexy, sympa qui va parle à tout le monde'". Bien loin des sentiers battus, Rosalie Salün entend faire de la politique librement.

Crédits photo Fréquence ESJ/Arthur Perrot

Derniers articles

Dernières vidéos