• Slide FESJ 2015
  • 20h, l'invité
  • L'hebdo sports

Pendant les fêtes, le FN tient à rester aux affaires

Marine Le Pen Marche de Noel 2014

REPORTAGE - A l'approche des fêtes de fin d'année, Marine Le Pen s'est offert lundi un bain de foule au marché de Noël des Champs-Elysées. L'occasion pour la présidente du Front national et les cadres du parti de mettre à l'honneur l'artisanat français et de fixer les objectifs pour l'année à venir.

Pas de flocons sur les Champs-Elysées mais une myriade de gens venus admirer celle dont le parti a le vent en poupe depuis les dernières élections européennes. Entre les touristes et l'attroupement des journalistes, le cortège emmené par Marine Le Pen se faufile lentement mais surement le long des étals. Ce marché de Noël, organisé par son « ami » Marcel Campion, la présidente du Front national ne le manquerait pour rien au monde.

Et surtout pas en temps de crise, comme celle que traverse actuellement Marcel Campion avec l'affaire du "Made In China". Une polémique que Marine Le Pen veut rattacher à la relation amicale qui la lie à ce dernier. « Marcel est un ami, et c'est peut-être pour cela qu'il est au coeur de tant de polémiques. Ce marché est une très belle réussite née de son initiative. Cela rapporte des taxes à la municipalité, et ne lui coûte rien. » Forcé de constater qu'une part des « produits de la mondialisation » est présente sur son marché, Marcel Campion considère toutefois que l'article du magazine Le Point, « Scandale au marché de Noël », est « inapproprié ». Et de rappeler, comme pour se défendre, la présence sur son marché de 40 artisans d'art "purement français, 17 produits de régions de France. Restauration, confiseries, charentaises, le tout dans 200 chalets. » 

Florian Philippot chargé d'assurer le service après-vente

Plus en retrait que sa présidente, Florian Philippot, le vice-président chargé de la stratégie et de la communication du parti, a alterné les discussions avec des militants Front national sur un ton badin aux abords d'un chapiteau. Pourtant, lorsqu'il s'est agi d'évoquer à son tour les faits divers de Dijon et Joué-lès-Tours, le numéro 2 du parti a très vite retrouvé une mine grave: «C'est un problème que ce gouvernement n'arrive pas à nommer les choses. J'ai vu que l'on essaie de faire passer ces affaires pour des actes isolés, perpétrés par des fous. Or ce n'est clairement pas en refusant le diagnostic que l'on pourra guérir le mal. Nous appelons à une lutte déterminée contre l'islamisme radical. Une lutte qui n'est absolument pas menée aujourd'hui ».

Et tandis que Marine Le Pen continuait d'arpenter le marché de Noël, saluant les commerçants et goûtant les plats régionaux, Florian Philippot a tenu à rappeler que l'avenir du Front national est en marche. « Nous sommes le seul parti qui connaît actuellement une dynamique positive. Nous n'avons certes pour l'instant qu'un seul conseiller général, mais l'on sait que nous en aurons beaucoup plus en mars. Nous voulons  faire le score le plus élevé possible. Mais nous savons que ne sera pas facile, d'autant que ce scrutin dépend de particularismes locaux » a-t-il avoué. En clair: s'assurer une implantation locale pour devenir une force incontournable de la vie politique française, voilà le projet de Marine Le Pen. Et c'est précisément ce à quoi son déplacement de lundi aspirait.

Crédits photo : Fréquence ESJ/Arthur Perrot

Derniers articles

Dernières vidéos