• Slide FESJ 2015
  • L'hebdo sports

La Tribune : une mort identique à France Soir

Cinq offres de reprise de la Tribune ont été déposées, vendredi Logo - La Tribune16 décembre, au tribunal de commerce. Ce dernier doit se prononcer sur la mise en redressement judicaire ou non du titre lundi 19 décembre. L'avenir du quotidien économique est sombre et les employés ont en mémoire la terrible fin de France Soir.

 Le groupe de presse est sous procédure judiciaire de sauvegarde depuis janvier 2011. La Tribune avait annoncé fin novembre 2011 être à la recherche d'un repreneur mais avait failli à trouver des investisseurs pour renflouer sa dette.

"La Tribune et son administrateur judiciaire ont reçu ce jour, date limite de dépôt des offres, cinq offres de reprise dans le cadre de l'appel d'offres lancé le 25 novembre dernier", avait indiqué le communiqué.

Deux offres seulement envisagent de maintenir une édition papier

Alexias SAS. Société créée par Alexis Caude, le fondateur de Newsweb. Elle est éditrice de site Internet (boursier.com) et a été revendue à Lagardère Active en 2006.

Alexis Claude souhaite lancer un nouveau site d'informations financières, concurrent de boursorama.com et boursier.com. Dans son offre, il gardera 2 des 78 journalistes du quotidien économique.

Hi-Media. Le groupe créé par Cyril Zimmermann est aussi éditeur de sites Internet. Hi-média emploie 500 personnes et a réalisé 222 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2010.

Son offre propose de reprendre 11 journalistes de La Tribune pour créer une version 100% internet.

La Financière Patrimoniale d'Investissement. C'est un fonds d'investissement dirigé par Gilles Etrillard (président) et Jérôme Balladur (directeur général).

Il propose de garder 40 personnes dont 20 journalistes pour afp.com-Stephane de Sakutintransformer le quotidien économique en une version uniquement numérique.

France Economie Régions, groupe de presse quotidienne régionale .

L'offre proposée par le groupe de presse est d'éditer un site Internet au nom de la Tribune mais aussi un support papier au rythme de parution non spécifié encore. Le groupe souhaite reprendre 50 employés dont 30 journalistes, répartis sur toute la France, avec un bureau de 5 journalistes à Paris.

20 Minutes. Le gratuit est la propriété à 50% du groupe norvégien Schibsted et à 50% de Ouest France.

20 minutes envisage trois scénario pour La Tribune : conserver une version quotidienne papier, avec 46 employés dont 30 journalistes, transformer la Tribune en hebdomadaire avec 36 personnes dont 20 journalistes ou passer au tout numérique, avec 13 salariés dont 5 journalistes.

Désespoir et colère chez les journalistes de la Tribune

"C'est une boucherie sociale. Une catastrophe" a déclaré le secrétaire du comité d'entreprise de la Tribune, Jean-Christophe Chanut.

Les salariés de la Tribune ont pris connaissance des offres vendredi après-midi. Ils étaient "assommés" et "effondrés" .

"On ne s'attendait à rien d'extraordinaire", a déclaré Audrey Tonnelier, membre du bureau de la Société de journalistes. "Mais là, c'est vraiment très faible. Certaines offres, c'est vraiment de la blague".

"On a l'impression que certains ont juste voulu reprendre la marque la Tribune à tout petit prix", a témoigné un autre journaliste.

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos