Philippe Vandel : « L’audience protège, mais pas de tout »

philippe-vandel-storytelling-2015-photo-fesj.png

INTERVIEW/VIDEO - Invité de Féquence ESJ mercredi 3 février, le journaliste le plus podcasté de Radio France, Philippe Vandel, s’est confié au micro de Storytelling. Grand passionné de sport, le journaliste a tout raconté de son parcours médiatique, aussi long qu’éclectique.

Philippe Vandel a découvert la radio à 20 ans. Aujourd’hui, il mène sa propre émission, « Tout et son contraire », sur France info. D’où vient son succès ? Il n’a aucune explication à fournir. « Le succès ne s’explique pas », c’est un mantra qui revient souvent pendant l’interview. Pour lui, l’essence même du succès est qu’il est imprévisible. Mais il reconnait que le travail est un moyen de susciter le succès. Philippe Vandel est d’ailleurs un travailleur acharné : il va jusqu’à pratiquer ce qu’il appelle le « temps parallèle ». Une technique qui « consiste à optimiser son temps : plutôt que de passer 10 minutes qui ne servent à rien, je prends des bains de 15 minutes et je lis en même temps ! » Une façon de remplir plusieurs tâches à la fois. Et aussi de se faire plaisir puisqu’il proclame sa passion pour la littérature.

Un amour qui l’a poussé en devenir acteur dans ce milieu. C’est ainsi qu’il est devenu juré du prix de Flore. Une récompense qui a notamment dévoilée de jeunes écrivains comme Michel Houellebecq ou Virginie Despentes. Mais ce prix ne serait-il pas un peu « bobo » ? Si vous lui posez la question, Philippe Vandel vous répondra que ce n’est pas le cas. En revanche, à ses yeux, la littérature est devenue « un truc de bourgeois ». « Un français sur deux n’achète pas de livre c’est un truc de dingue! » conclut-il, presqu’amer. “Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut abandonner l’écriture !” Ainsi, et aussi parce qu’il était victime du succès de ses chroniques « les Pourquoi » sur France Info, Philippe Vandel a récemment écrit un livre recueillant certaines d’entre elles : “Les pourquoi interdits au moins de 18 ans”.

En 1994, le journaliste fait ses débuts sur la chaine Canal + où il découvre le fameux « esprit Canal ». Aujourd’hui, Philippe Vandel assure qu’il a disparu, cet esprit révolutionnaire. Révolutionnaire pour la télévision des années 80 et qui a, au final, eu un impact sur l’ensemble des médias : « rien que de tutoyer quelqu’un à l’antenne, c’était incroyable, Canal a décloisonné les gens ! » Producteur et présentateur du “Journal du Hard” pendant 5 ans, le monde de la pornographie ne l’a jamais intéressé : « je n’y connais rien au porno et je déteste ça ». Philippe Vandel a demandé à ne pas être payé pour cette émission: « Je ne voulais pas qu’on puisse dire un jour dans ta vie : ‘t’as eu de l’argent grâce au porno’ ». Même si le monde de la pornographie le fascinait, « il était hors de question de se mélanger avec ces gens-là. »

L’ancien chroniqueur de “Touche pas à mon poste” a connu les débuts de l’émission de Cyril Hanouna sur D8. Encore une fois, il ne trouve aucune explication quant au succès de l’émission. « Tout ce que je sais, c’est que ce type est hyper drôle ». Ne pouvant pas jouer un personnage dans TPMP à cause de ses autres émissions, Philippe Vandel quitte l’émission en 2014. « Demain j’interview Michel Boyon, l’ancien patron du CSA et directeur du cabinet du premier ministre, je ne peux pas me déguiser en Cindy Crawford ». Contrairement à son collègue de l’émission “l’Instant M” sur France Inter, Bruno Donnet, Philippe Vandel ne pense pas que l’audience protège Cyril Hanouna. Après un passage dans l’émission “Un soir à la Tour Eiffel” sur France 2, il fait son retour cette année sur la chaine D8 dans l’émission “Touche pas à mon sport”. Très content d’avoir rejoint l’équipe d’Estelle Denis où on ne l’oblige pas à se déguiser, Philippe Vandel semble avoir trouvé son équilibre personnel et médiatique.


Storytelling - 03-02-16 - Philippe Vandel sur... par FrequenceESJ

Derniers articles

Dernières vidéos