Quelles sont les chances pour Obama de renouveler son mandat ?

(Reading time: 3 - 5 minutes)

Obama PresidentielleSelon un récent sondage NBC, seuls 40% des américains estiment que Barack Obama mérite un deuxième mandat. Cependant, 50% voteraient quand même pour sa réélection si les votes avaient lieu ce mardi.

Ron Paul Rick Santorum Mitt Romney et Newt GingrichLe mardi 6 mars, surnommé « super tuesday » est un jour déterminant pour les primaires républicaines. Onze des cinquante états vont voter pour déterminer le choix du candidat qui s’opposera probablement à l’actuel président des États-Unis. Les quatre candidats en course  dans l’investiture républicaine sont Rick Santorum, Mitt Romney, Newt Gingrich et Ron Paul. Cependant, aucun d’eux ne semble faire le poids contre le géant Obama.

"Il est presque acquis que nous allons perdre, nous allons perdre face à un président qui a été confronté à la pire crise économique depuis la Grande Dépression."

Bien que la côte de popularité du démocrate soit en baisse, il reste favori dans les sondages contre ces adversaires potentiels. Les deux candidats en tête de peloton du coté républicain ne semblent se rejoindre sur une stratégie commune en aucun point. Entre Rick Santorum, ultra-conservateur, qui néglige ses chances de réussite en revenant sur certains droits acquis comme ceux de la femme, accusant les féministes « d’avoir fait perdre à sa femme son sens du foyer en la poussant à penser que la réussite professionnelle était la clef du bonheur » ; Et un Mitt Romney, pas toujours très démagogue, enchaînant les gaffes dans ces déclarations publiques : le parti républicain s’éparpille. Les esprits sont critiques même au sein du parti "Il est presque acquis que nous allons perdre, nous allons perdre face à un président qui a été confronté à la pire crise économique depuis la Grande Dépression" confie un ancien rédacteur des discours de George W. Bush, préférant rester en off.

« Ses efforts extraordinaires en faveur du renforcement de la diplomatie et de la coopération internationales entre les peuples »

 En 2008, l’ancien sénateur de l’Illinois avait changé le cours de l’histoire en étant élu comme le premier président afro-américain à la tête des Etats-Unis d’Amérique. Chose encore improbable il y a 30 ans, il prouve à la face du monde que le changement est quelque chose d’inévitable. L’évolution des mentalités à permis de faire avancer la politique internationale car être président des Etats-Unis d’Amérique c’est aussi être le leader de la première puissance mondiale. Avec son fameux slogan « YES, WE CAN ! », Barack Obama avait non-seulement redonné l’espoir aux américains mais aussi à toute une partie de la population mondiale, effarée du désastre engendré par les deux mandats de Georges W. Bush. Cette confiance mise dans les mains d’un seul homme semble se justifier dès le début de son mandat. La population mondiale salue « ses efforts extraordinaires en faveur du renforcement de la diplomatie et de la coopération internationales entre les peuples » en lui attribuant le prix Nobel de la paix en 2009 à Oslo. Au début de son investiture il s’attelle à tenir ses promesses, tentant de s’éloigner de l’héritage laissé par son prédécesseur. Il abroge des lois comme l’interdiction aux homosexuels de servir ouvertement dans l’armée ou encore en ratifiant le traité de désarmement nucléaire START.

"Compte tenu de l'état de santé de l'économie et de sa popularité, la réélection de Barack Obama s'annonce difficile. Il ne faudra pas que la conjoncture se détériore à nouveau."

 Les méthodes du président ne plaisent pas à tout le monde. Et à quelques mois des élections, ceux qui s’opposent à ces idées ne pensent qu'à une seule chose : faire du bruit pour se faire entendre. Que ce soit sur un plan politique ou personnel, tous les moyens sont bons pour fustiger son adversaire. Un recours a récemment été introduit contre le gouvernement fédéral, par 26 Etats, sur la réforme de santé, projet cher à Barack Obama. Une conférence de presse à Washington a récemment aussi été le théâtre de protestations de neuf ministres de la Justice pour violations perpétrées par l'administration fédérale contre la Constitution, loi suprême et quasi inébranlable. D’autre part, Barack Obama vient d’être mis en cause dans une affaire de falsification de son certificat de naissance par un shérif d’Arizona. Selon lui, Barack Obama serait né au Kenya. Hors, il est impossible, selon la Constitution des États-Unis, d’être président si l’on est né hors du sol américain. La rumeur s’est répandue comme une traînée de poudre et 17% de la population du pays rejoignent cette idée.

Ajoutez à ça un taux de chômage avoisinant les 9% et un pouvoir d’achat largement diminué suite à la crise de la Grande Récession, la réélection d’Obama n’est pas un fait acquis d’avance. Comme le nuance Robert Shapiro, professeur à l’université de Columbia : "compte tenu de l'état de santé de l'économie et de sa popularité, la réélection de Barack Obama s'annonce difficile. Il ne faudra pas que la conjoncture se détériore à nouveau."

Derniers articles