• Slide FESJ 2015

Carnet de voyage : Étape n°3, Chitwan National Park

c_1100_500_16777215_00_images_articles_carnet_de_voyage_3.jpg

VOYAGE - Te voilà enfin, la Redoutable. Tu te présentes à moi tel un mirage envoûtant qui ne pourrait me mettre en danger mais bien m’ensorceler à tout jamais. De prime abord, on te présente comme un parc national, où les animaux sauvages demeurent maîtres en leur royaume.

 

Les livres rappellent ta grandeur - tu t’étends sur plus de 932 km2 - mais me rappellent surtout ta singularité : tu es le plus vieux par national du Népal. Depuis 1973, le monde entier te rend visite afin de rencontrer tes amis les plus chers. Les rhinocéros indiens, les tigres du Bengale, les crocodiles, les éléphants et tous leurs compères nous intriguent et nous fascinent.

« Le cœur de la jungle », voilà la signification de ton nom, Chitwan. Afin de te rendre hommage, j’ai décidé d’y aller, au cœur de ta jungle. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça n’a pas été une mince affaire. Dès l’aube, je suis montée dans une pirogue afin de te rencontrer. Pendant deux heures, j’ai effleuré tes eaux en espérant ne pas être enjôlée par l’un de tes gardiens, les crocodiles. Shiva, mon guide, m’a alors ouvert les portes de ton antre. Avec son simple stick de bambou, j’ai compris que personne ne te ferait de mal. Aucune arme ne heurtera l’un de tes amis. En revanche, pour ma part, seul le karma me sauvera. Durant une journée entière, je t’ai haï chère Chitwan. Chaque seconde, je redoutais le face à face avec ton roi de la jungle. Chaque seconde pouvait être la dernière. Les sangsues m’ont salué de nombreuses fois tandis que le soleil me testait. Combien de temps allais-je tenir dans cet environnement hostile ?

Grâce aux pouvoirs des quelques trois millions de dieux hindous et de Bouddha, je m’en suis sortie. En vie. Mais la jungle est partout. Alors que je pensais être à l’abri d’une rencontre fortuite dans la ville, encore une fois, tu m’as surprise. En pleine rêverie sur le balcon de mon auberge, un rhinocéros me rendit visite. Tandis qu’il broutait calmement, la vie suivait son cours. Personne n’avait l’air étonné. L’un de tes habitants me confit que ce rhinocéros n’était qu’un moindre mal. Quelques mois auparavant, c’est un tigre qui se baladait dans tes allées. Alors, tes habitants se sont adaptés en créant des règles. Il existe par exemple un couvre-feu afin de préserver ta population.

Malgré ces contraintes vitales, je me suis sentie à l’aise chez toi, la Redoutable. Ton peuple est bon et ne se préoccupe que d’une chose : faire en sorte que tes amis, les bêtes, puissent vivre heureux sans craindre l’ineptie humaine.

Photo : Ilham Mraizika & Digvijay Singh Ranawat

 

 

Derniers articles

Sur le même sujet

Dernières vidéos