• Slide FESJ 2015
  • 20h, l'invité
  • L'hebdo sports

Carnet de voyage : étape n°3, Goa

carnet-de-voyage-goa.png

REPORTAGE - Goa demeure un des plus petits états de l’Inde. Situé au Sud-Ouest, à seulement quelques heures de Bombay, il est réputé pour ses plages paradisiaques et pour son calme légendaire. Voici la troisième étape de ce voyage. 

Goa est un véritable vortex. Une fois tombé dedans, il s’avère difficile d’en sortir. Paysages paradisiaques et rencontres inattendues alimentent ce rêve éveillé. La meilleure preuve en est : initialement censé durer trois jours, l’étape à Goa aura duré presque trois semaines. Raconter trois semaines de rencontres se révèle compliqué. Il est néanmoins nécessaire d’évoquer Lauren, Jazz, Aslam, Baptiste, Mayank ou encore Rohit, quelques backpackers ayant rendu cette étape inoubliable.

Lauren est une jeune anglaise, séjournant à Goa pour quelques jours afin de se reposer après plusieurs semaines d’humanitaire au Népal. Jazz est un guadeloupéen, propriétaire d’un restaurant revenant à Goa tous les étés pour quelques semaines, cet endroit étant devenu son eldorado. Aslam est un indien, originaire de Chennai voyageant dans les quatre coins du monde depuis plusieurs années. Baptiste est français, tatoueur et réside en Inde depuis quelques temps. Il est dorénavant considéré comme un des meilleurs tatoueurs de l’état. Mayank est lui originaire d’Inde mais vit depuis toujours à Londres. Il est de retour à Goa afin d’organiser un festival de musique. Rohit est le propriétaire et l’investisseur de l’auberge qui a réuni toutes ces personnes et semble avoir encore des milliers de projets afin d’améliorer cet endroit unique : Le Pappi Chulo. Voici le point de départ de toutes ces rencontres.

Signifiant « Sugar Daddy » en hindi, le Pappi Chulo est sûrement l’auberge la plus réputée de cet état du Sud-Ouest de l’Inde. Recouvert de centaines de tags, cet endroit, situé dans la ville de Vagator, respire la liberté. En plus d’être un lieu agréable à regarder, c’est un lieu de partage et de rencontres. Ces personnes provenant du monde entier ainsi que des quatre coins de l’Inde s’y pressent principalement pour faire la fête. Avec des milliers de clubs et de bars, les lubies de Shiva s’y libèrent. Les plus grands DJs y mixent dans un lieu exempté de toutes règles. Cette province semble être restée à l’état originel. En plus d’avoir les vaches comme reines – comme dans le reste de l’Inde – la nature est maitresse en son royaume. Les visiteurs évoluent dans une réelle jungle. Des paysages verdoyants, des plages désertes, des montagnes : le paradis à perte de vue. L’auberge possède aussi son propre écosystème : trois chiens – avec Poppi comme leader – trois chats, quelques chauves-souris et des dizaines de palmiers. Toutes les personnes rencontrées au Pappi Chulo ont un point commun : elles sont toutes tombées dans le vortex et n’ont aucune envie d’en sortir. D’après Voltaire « le paradis terrestre est où je suis ». Certains paraissent l’avoir trouvé. 

Photo Lauren Mason

Derniers articles

Dernières vidéos