News Corp : des actionnaires en colère

(Reading time: 2 - 3 minutes)

Rupert Murdoch. REUTERS/Andrew WinningVendredi 21 octobre, Rupert Murdoch, ses fils James et Lachlan et son conseil d’administration ont été réélus à la tête de News Corp. lors de l’Assemblée Générale du groupe à Los Angeles. Mais avant d’être reconduit, l’homme d’affaire australien de 80 ans a dû endurer pendant près de 90 minutes la colère de ses actionnaires.

Dès l’ouverture de l’Assemblée Générale du groupe, au Fox Studio à Los Angeles, des représentants de grands fonds de pensions britanniques, américains et australiens ont critiqué les pratiques de News Corp après le scandale des écoutes téléphoniques du défunt tabloïd News of the World.

La révélation des écoutes illégales pratiquées par des journalistes de l’ancien hebdomadaire britannique a en effet provoquée la chute de l’action du groupe entre juillet et août, l’abandon de l’achat de British Sky Broadcasting et des enquêtes parlementaires et judiciaires en cascades.

Le député britannique, Tom Watson, membre de la commission d’enquête chargée de déterminer les responsabilités sur cette affaire, a aussi fait le voyage jusqu'à Los Angeles. Durant la réunion, il a affirmé que News Corp pouvait potentiellement faire face a des poursuites au civil. "Je veux que les investisseurs institutionnels n'aient aucun doute sur les faits criminels qui ont eu lieu dans cette société", a déclaré Tom Watson.

En réplique aux attaques du député britannique, R. Murdoch a garanti que News Corp coopérait pleinement avec les services de police.

Ils veulent la démission de Rupert Murdoch

Stephen Maine, un actionnaire actif et ancien journaliste économique pour un des journaux du groupe, a clairement demandé que plus de membres indépendants au sein du conseil d’administration soient nommés et que le PDG du groupe quitte le poste qu’il détient depuis 1991.

Logo News Corp

"Nous pensons que l’éthique doit être au cœur des pratiques de News Corp" a ajouté Edward Mason, représentant la commission qui gère les investissements de l’Eglise d’Angleterre. Selon lui, les dirigeants du groupe, notamment Rupert Murdoch, "auraient dû être conscients" des pratiques illégales menées au sein de la rédaction de News of the World.

Depuis juillet, et le début du scandale, un nombre important d’investisseurs et d’actionnaires ont essayé de réduire l’influence de l’homme d’affaire australien. 40% des actions étant détenues par la famille Murdoch, il faudrait que les actionnaires insatisfaits réussissent à convaincre la totalité des autres votants pour qu’une démission et un changement de structure du conseil d’administration soient envisageables.

Une reconduction avec un nombre de voix inférieur à l'habitude pourrait amener un remaniement du conseil dans les mois prochains. Rupert Murdoch, ses deux fils et le conseil d’administration ont néanmoins été réelu. News Corp n’a pas souhaité donner le détail du vote.

Derniers articles