François Hollande : père la rigueur en Corrèze

(Reading time: 2 - 3 minutes)

François Hollande a présenté vendredi 2 décembre son plan de rigueur au François Hollande - AFP.com / Jean-Pierre MullerConseil général de Corrèze, qu'il préside. Ce département rural du centre de la France fait face à un endettement record de 345 millions d'euros. Un exercice d'austérité à petite échelle pour le candidat socialiste.

 

François Hollande, candidat à l'élection présidentielle, préside le Conseil général de la Corrèze depuis 2008, date à laquelle il avait succédé à l'UMP Jean-Pierre Dupont. François Hollande a hérité d'une situation budgétaire édifiante : le département était déjà endetté de 300 millions d'euros.

Des mesures symboliques fortes

Le programme présenté vendredi, composé de mesures d'économies et d'augmentations d'impôts, est chiffré à 11,5 millions d'euros. Parmi les mesures d'économies, le plan prévoit notamment :

  • De mettre fin à la gratuité totale des transports scolaires. Près de 38 000 enfants pourraient être concernés, selon les derniers chiffres de l'INSEE. Le coût est estimé entre quatre et 20 euros par mois par famille en fonction des revenus et du nombre d'enfants transportés.
  • Que l'aide de 1.000 euros accordée pour la garde d'enfants se fera désormais sous conditions de ressources

En ce qui concerne les nouvelles recettes, le programme table sur :

  • Une augmentation de 6,5% de la taxe foncière
  • Un taux de la taxe d'aménagement sur les permis de construire triplé
  • Une hausse de la taxe sur les transports urbains des agglomérations de Tulle et de Brive, qui sera mise à l'étude

Les nouvelles recettes supplémentaires devraient rapporter près de 3,5 millions d'euros, pour un budget total de 330 millions d'euros.Jacques Chirac et François Hollande - Photo AFP

Pour boucler son budget 2011, la Corrèze attend, comme six autres
départements français, une subvention exceptionnelle de l'Etat de 11,5 millions d'euros. L'an prochain, le versement de cette subvention de l'Etat sera conditionnée à un plan d'économie. Les mesures d'austérité proposées par François Hollande apparaissent donc nécessaires.

Côté UMP, on ironise

"Nous, la méchante droite antisociale, on a mis la gratuité des transports scolaires. Avec la gauche, c'est fini", lance Claude Nougein, le rival du candidat socialiste en Corrèze. Il insiste aussi sur les augmentations d'impôts conséquentes proposées par François Hollande dans son plan de rigueur.

Patron de la fédération UMP de Corrèze, Michel Paillassou renchérit: "Que vaut-il mieux, donner aux familles un transport scolaire gratuit ou des iPad aux collégiens, qui coûtent 1,5 million d'euros par an et qui sont devenu un dogme?"

Dominique Ceaux, le directeur général des services, répond : « Les transferts de charges sociales de l'Etat non compensés, la charge de la dette et l'asphyxie budgétaire. On est à l'os pour la diminution des dépenses, et la marge de manœuvre pour les recettes est réduite ».

François Hollande abonde dans le même sens, en estimant que "la décentralisation est de plus en plus à bout de souffle, épuisée. Il n'y aura de nouvelles étapes que s'il y a davantage de clarté sur chacun de ses niveaux et des finances modernisées".

Derniers articles